Les étudiants du Séries Mania Institute tournent une mini-série qui sera diffusée pendant le festival

"Galerie Désastre", mini-série de 5 épisodes, sera projetée le 22 mars 2024, lors de la nouvelle édition du festival Séries Mania de Lille. L'occasion pour vingt jeunes âgés de 18 à 25 ans, membres de la formation tremplin du Séries Mania Institute, de toucher aux métiers du cinéma et de trouver leur vocation.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Moteur, action ! Les vingt jeunes âgés de 18 à 25 ans rassemblés ce vendredi 26 janvier 2024 à Roubaix, ont tout d'une vraie petite équipe de tournage. Spots lumineux, caméras au poing, perches de son... Toute la panoplie du parfait cinéaste est de sortie. Même si pour la plupart de ces stagiaires, il s'agit de leur première expérience dans le milieu du cinéma.

Toute cette jeune équipe fait partie de la section Tremplin du Séries Mania Institute (SMI), une formation gratuite menée en sept mois et proposée par le festival Séries Mania de Lille, pour que les jeunes des Hauts-de-France puissent s'initier aux métiers du cinéma.

Apprendre en faisant

Car derrière chaque film et chaque série visionnés, ce sont plusieurs mois voire des années de travail qui ont été nécessaires. Produire du contenu dans le monde de l'audiovisuel ne signifie pas simplement écrire et tourner, chaque production nécessite la mobilisation d'une multitude de professions différentes, mais bel et bien complémentaires.

"Une série c'est aussi la lumière, le son, la postproduction... Souvent on a des idées fausses sur ces métiers, on ne sait pas très bien à quoi ils correspondent, on ne les connaît pas tous", relève Daphné Courbot, responsable pédagogique du Tremplin du SMI. "Nos stagiaires sont là pour savoir si c'est vraiment le métier qu'ils veulent faire plus tard."

Être en tournage 24h/24 pendant dix jours y'a rien de tel pour savoir si on est fait pour ce métier là ou pas.

Daphné Courbot, responsable pédagogique du Tremplin du SMI

Et pour aider leurs élèves-stagiaires à se repérer dans ce pêle-mêle un poil indigeste, les formateurs de l'Institut leur proposent de réaliser leur propre production. Une mini-série en 5 épisodes d'environ 4 minutes chacun, écrite en deux mois et tournée en dix jours à Roubaix, qui sera projetée le 22 mars prochain, lors du festival Séries Mania de Lille.

"Être en tournage 24h/24 pendant dix jours y'a rien de tel pour savoir si on est fait pour ce métier-là ou pas, si on est prêt à supporter les tensions qu'il peut y avoir sur un tournage et à savoir organiser les choses en temps et en heure", achève Daphné Courbot.

► À lire aussi : Le festival Séries Mania rendra-t-il hommage à Matthew Perry, l'acteur qui incarnait Chandler dans Friends, décédé à 54 ans ?

Galerie Désastre

Prenant la suite de la mini-série Domus, produite et réalisée par la promotion antérieure du Tremplin, les vingt stagiaires-cinéastes ont choisi de baptiser leur création Galerie Désastre. Tout ce que l'on sait pour l'instant de cette mini-série énigmatique est que l'intrigue se déroulera en partie dans une galerie d'art où un vol va être commis.

Après déjà presque une semaine de tournage, et malgré quelques tensions (conséquence de tout travail de groupe), les étudiants et étudiantes sont fiers de leurs premières images.

"C'est très excitant, OK c'était un peu stressant au début, mais là c'est que du plaisir", livre Romane, 2e assistante réalisatrice sur le projet, qui s'occupe de la figuration.

Car chaque stagiaire occupe une fonction bien définie, comme sur un tournage 100% professionnel, même si parfois certains rôles peuvent tourner afin de toucher à plus de choses. Lola par exemple, a été assignée à la fonction d'électro : "Je gère tout ce qui touche à la lumière, le contraste, sa diffusion, et l'installation électrique. L'expérience du tournage c'est vraiment unique et ça nous met directement dans le milieu, comme ça on sait à quoi on sert sur le plateau, c'est une mise en situation parfaite."

L'expérience du tournage c'est vraiment unique et ça nous met directement dans le milieu, comme ça on sait à quoi on sert sur le plateau, c'est une mise en situation parfaite.

Lola, stagiaire du Tremplin

Mais le temps file et les stagiaires n'ont plus que quelques jours pour s'exercer à la réalisation, toujours encadrés par un professionnel. Prochaine étape et pas des moindres : la phase de montage, qui devrait durer quelques semaines. Pour l'instant, tout est dans les temps.