Coronavirus : AFPRO Filters (Villeneuve-d'Ascq) va fournir des filtres à air au nouvel hôpital de Wuhan

Publié le Mis à jour le
Écrit par YF avec AFP

La société néerlandaise AFPRO Filters, dont la branche française se trouve à Villeneuve-d'Ascq, a été mandatée pour fournir les filtres à air qui serviront à minimiser les risques de contamination et d'infection dans le nouvel hôpital de Wuhan, en Chine, foyer de l'épidémie du coronavirus .

Foyer de l’épidémie du coronavirus en Chine, la ville de Wuhan est confrontée à une crise sanitaire sans précédent. Pour faire face à cette urgence, les autorités locales ont planifié la construction d'un nouvel hôpital en dix jours.

C'est le groupe néerlandais AFPRO Filters, dont le siège français se trouve à Villeneuve-d'Ascq, qui a été mandaté pour fournir la totalité des filtres à air qui serviront à minimiser les risques de contamination et d'infection dans ce nouvel établissement.
 
"Une installation de filtres primordiale pour la sécurité des futurs patients et visiteurs", indique cette filiale nordiste dans un communiqué. "Ces filtres sont conçus pour bloquer les particules les plus fines. Une technologie déjà éprouvée en bloc opératoire, qui assainit l’air et garantie un environnement pur".
 
Coronavirus : AFPRO Filters (Villeneuve-d'Ascq) va fournir les filtres à air des hôpitaux chinois

 

Livraison en un temps record


Ces filtres "haute performance" ont été fabriqués sur le site de production d'AFPRO Filters en Chine. "Quatre-cinq camions sont déjà partis, la totalité de la commande devrait être livrée et les filtres installés dès ce week-end", estime Romain Bassani, directeur de la branche française, dont les équipes ont été mises à contribution pour leur expertise dans le milieu hospitalier, mais à distance, sans se rendre sur place.
 

"On avait des partenaires qui étaient présents à Wuhan pour des travaux", explique-t-il. "Il a fallu répondre très vite à cette commande, d'autant que c'est le Nouvel An chinois actuellement. Nous avons apporté notre appui sur l'aspect technique pour fournir les meilleures solutions possibles'.  

Cette épidémie de pneumonie virale a déjà fait 170 morts en Chine, presque tous à Wuhan et sa région, où le port du masque de protection est devenu obligatoire. La ville est bouclée depuis une semaine pour tenter d'enrayer la contagion. 
 
Construit en périphérie de Wuhan, le nouvel hôpital doit comporter mille lits. Les travaux ont démarré vendredi dernier et doivent s'achever le 3 février. L'établissement, baptisé "Hôpital du dieu du feu", une divinité propice contre les maladies, occupera une surface de 25 000 m2. Un deuxième hôpital de 1300 lits doit être édifié en l'espace de deux semaines.