• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Deux Nordistes développent “Simone”, une trottinette pliable et ultralégère

Deux anciens ingénieurs de l'usine Renault à Douai sont derrière cette trottinette pliable et légère / © Les trottinettes Simone
Deux anciens ingénieurs de l'usine Renault à Douai sont derrière cette trottinette pliable et légère / © Les trottinettes Simone

Elle pèse trois kilos, a la taille d’une ramette de papier A4. Simone, la trottinette qui se veut la plus compacte au monde arrive sur le marché. Deux ingénieurs nordistes sont derrière cette invention, qui sera présente au concours Lépine en mai.
 

Par Sami Sadik

Une trottinette légère qui tient sous le bras. Avec Simone, le prénom de leur véhicule, Rémy Montagne et Steven Pingon espèrent remporter le concours Lépine, célèbre compétitions d’inventions, en mai prochain.

Leur modèle de trottinette pèse environ trois kilos, et une fois plié, il a la taille d’une ramette de papier A4 pour permettre à ses utilisateurs de l’emmener au travail.
 
Une fois pliée, la trottinette tient sous un bras / © Les trottinettes Simone
Une fois pliée, la trottinette tient sous un bras / © Les trottinettes Simone


Rémy Montagne et Steven Pingon se sont lancés dans l’aventure de la trottinette compacte il y a deux ans. Les deux ingénieurs travaillaient ensemble à l’usine Renault de Douai. Début 2018, ils décident de quitter le constructeur automobile pour se consacrer entièrement à leur projet. Mais l’idée d’une trottinette légère et pliable remonte à 2014.
 
 

Bientôt une version électrique


« Steven habitait au nord de Paris et travaillait dans le sud, il passait beaucoup de temps dans les transports et avait encore une quinzaine de minutes de marche derrière. Il s’est dit qu’il manquait quelque chose », raconte Rémy Montagne, originaire d’Hallennes-lez-Haubourdin, dans la métropole lilloise.
                                       
Les deux Nordistes commencent à travailler sur un prototype, rassurés par le boom des trottinettes en libre-service à Paris. « Le marché du libre-service a changé l’image la trottinette, qui n’est plus considéré comme un jouet mais comme un vrai moyen de transport », explique Rémy. Comme pour les tubes d'un parasol, les parties du manche de la trottinette s'emboîtent les unes dans les autres

Simone espère se détacher de ses concurrents en se concentrant sur les petits trajets, là où la trottinette électrique est moins pratique. « Le dernier kilomètre » est devenu l’un des slogans de la startup.

Les deux ingénieurs veulent également lancer une version électrique de Simone, baptisée e-Simone, pour 2020. Cible : les trajets de quatre ou cinq kilomètres.
 

 

Prix d’une trottinette Simone : 299 euros


Les commandes sont ouvertes depuis vendredi sur le site des trottinettes Simone. « Nous avons déjà une dizaine de réservations », se réjouit Rémy Montagne. Pour s’offrir une trottinette, il faudra débourser 299 euros, un prix qui se rapproche de celui d’une trottinette électrique.

Les deux ingénieurs espèrent aussi proposer leurs produits dans des magasins lillois.

Le concours Lépine pourrait leur donner un coup de pouce. « Tout le monde connaît ce concours, une médaille serait une manière d’ouvrir des portes à nos produits et de trouver des partenaires », espère Rémy Montagne. La 118ème édition du concours Lépine commence samedi prochain et s’achèvera le 8 mai.
 

Sur le même sujet

Les postiers de Saint-Quentin en grève

Les + Lus