• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Lille : Jacques, SDF, peintre et “figure du quartier”, rappelé à l'ordre par la police municipale

© Frédérik Giltay / France 3
© Frédérik Giltay / France 3

Rappelé à l'ordre parce que son chevalet occupait trop de place sur le trottoir, Jacques n'ose plus peindre à côté de l'Opéra de Lille, alors qu'il y est installé depuis seize ans.

Par Q.V avec Sébastien Gurak

Il s'appelle Jacques Catais et si vous ne connaissez ni son nom, ni son prénom, vous l'avez peut-être déjà croisé entre la Grand Place et la gare Lille-Flandres. Voilà seize ans que ce Lillois de 62 ans a installé son chevalet non loin de l'Opéra, juste devant la boulangerie Paul, et il craint de ne plus pouvoir peindre.

La police municipale est passée et m'a dit 'Écoute, Jacques, il faudra que tu remballes


Mardi, Jacques s'est vu signifier par la police municipale que son chevalet occupait trop de place dans l'espace public et depuis, il ne l'a plus sorti et garde même son chien Pinceau à l'atelier, de peur de provoquer des remous.

"On m'a interdit de vendre des tableaux" explique Jacques Catais, qui raconte que mardi, "la police municipale est passée et m'a dit 'Écoute, Jacques, il faudra que tu remballes."

Lille : Jacques, SDF, peintre et “figure du quartier”, rappelé à l'ordre par la police municipale

Lille : Jacques, SDF, peintre et “figure du quartier”, rappelé à l'ordre par la police municipale. Son histoire a ému sur Facebook. Toute les infos http://bit.ly/lille-jacques-peintre-sdf

Publiée par France 3 Nord Pas-de-Calais sur jeudi 24 mai 2018

Travailleur et inscrit à l'URSSAF


Jacques a travaillé comme forain, ouvrier dans le BTP, réceptionniste ou sur un chantier maritime à Marseille ou garçon de café à Lille. Il avait pu louer un local pour peindre et vendre ses toiles mais l'a perdu, faute de pouvoir en payer le loyer.

Inscrit à l'URSSAF, il s'était même fait attribuer un numéro de Siren pour son activité. Rêvant d'un "Montmartre" lillois et de pouvoir vivre de ses tableaux, il envisageait même de donner des cours de peinture aux enfants.

C'est Marco Tallu, bénévole au sein de l'association "Action froid", qui a fait connaître sa situation via un post Facebook rapidement devenu viral. 

"Aujourd'hui la police municipale lui a demandé de remballer son matériel et lui a interdit de peindre et de vendre ses tableaux dans la rue" y indiquait-il.

Marco Tallu

Bonjour les amis, si vous avez l'habitude de passer devant l'opéra de Lille vous connaissez certainement Jacques... il a 62 ans, vit dans la rue depuis 15 ans et a l'habitude d'occuper un morceau de...

 

La seule chose qui lui a été demandé, c'était de réduire son emprise au sol


Pas tout à fait, répond la ville de Lille. Selon la mairie, qui rappelle que Jacques, "une figure du quartier", "n'a pas été verbalisé". Seulement, précise-t-on, "la seule chose qui lui a été demandé, c'était de réduire son emprise au sol", car ses affaires présentaient "une gêne pour le passage des piétons." Jacques pourra-t-il continuer à peindre s'il s'efforce d'occuper une plus petite surface ? C'est ce qui semble ressortir de cet échange.


Une pétition ?


"Il m'a dit que les commerçants du quartier allaient faire circuler une pétition pour l'aider à obtenir le droit de travailler sur son morceau de trottoir" ajoute en tout cas Marco Tallu dans son post. 

Sa gamelle est plus remplie que d'habitude


L'exposition de Jacques sur les réseaux sociaux a en tout cas eu un effet positif. "Sa gamelle est plus remplie que d'habitudeconfie Marco Tallu, qui voit "une mobilisation utile, car depuis beaucoup de personnes viennent le voir."

"La mendicité n'est pas du tout interdite à Lille !" se défend en tout cas la mairie. "La solidarité doit s'exprimer". Le bénévole, lui, a envoyé un courrier à Martine Aubry.

Sur le même sujet

Le film "Merci patron !" de François Ruffin a dépassé les 300 000 entrées

Les + Lus