AVC d'Emeline à La Poste : les plaintes de son collègue classées sans suite... mais sans enquête ?

Photo d'illustration. / © MAXPPP
Photo d'illustration. / © MAXPPP

Les plaintes de Sébastien Carré, le syndicaliste qui avait défendu sa collègue Emeline lors de son AVC sur son lieu de travail à La Poste, ont été classées sans suite par le Parquet de Lille cet été. Il vient d'apprendre la nouvelle, et dit n'avoir pourtant jamais été entendu par les enquêteurs. 

Par Jeanne Blanquart

Y a-t-il eu une enquête après le dépot de plainte de Sébastien Carré ? Le syndicaliste, qui avait porté secours à sa collègue Emeline, victime d'un AVC sur son lieu de travail à la Poste, vient d'apprendre que ses plaintes avaient été classées sans suite. "L'affaire a été classée sans suite le 26 juillet dernier et personne n'a mis au courant M. Carré", explique Damien Legrand, avocat. 

Rappel des faits : Emeline avait 25 ans en 2016 et travaillait en CDD à La Poste, sur la plateforme de distribution de Villeneuve-d'Ascq. Un matin, elle prévient sa hiérarchie : elle ne se sent pas bien. Ses supérieurs lui disent de venir quand même travailler. "Tu n'a qu'à le faire assis", lui dit-on, tandis que ses collègues l'observent livide, tremblante. Son malaise ne passe pas. Elle va voir son supérieur. On lui répond : "Tu vas finir de mettre en case et de fermer le casier et quand tu auras terminé on appelera les pompiers", rapporte la jeune femme. Au même moment, la jeune femme faisait un AVC. 


Entrave et harcèlement


Sébastien Carré lui porte secours au moment de l'accident, puis après. En tant que membre du CHSCT, il entame une enquête interne. Sauf que rien ne se passe comme prévu. Il dépose plainte en mars 2016 pour harcèlement envers deux de ses supérieurs hiérarchiques et entrave à l'exercice du droit syndical. En effet, après l'AVC d'Emeline, il estime que tout a été fait pour l'empêcher d'enquêter sur les causes de cet accident et les responsabilités éventuelles. "En ce qui me concerne, je considère avoir fait un travail de lanceur d'alerte. Sauf que la justice ne suit pas", déplore Sébastien Carré. 

Après avoir eu connaissance du non-lieu, Sébastien Carré demande à lire les procès-verbaux qui concernent sa plainte. "A ce moment-là, on m'a envoyé les PV dans l'enquête concernant l'AVC d'Emeline. Mais ce sont deux affaires distinctes ! J'en ai déduit qu'il n'y avait jamais eu d'enquête", explique, furieux, Sébastien Carré. Lui-même affirme n'avoir jamais été entendu par les enquêteurs et soupçonne des conflits d'intérêts. 


Une autre plainte sera déposée


"C'est hallucinant", estime Damien Legrand qui affirme n'avoir jamais vu cela. "On est face à une affaire grave et aucune enquête n'est menée, on ne cherche pas les causes des dysfonctionnements." L'avocat indique qu'il va déposer une plainte avec constitution de partie civile, afin de pouvoir directement demander à un juge d'instruction l'ouverture d'une enquête. 

En juin 2017, la plainte d'Emeline était également classée sans suite. Un rapport d'expertise indépendant révélé en septembre pointait pourtant du doigt les responsabilités de l'encadrement dans la prise en charge de cet accident et l'organisation générale du service, insistant sur le "contexte de très hautes tensions sur le plan psychosocial". 

Le Parquet de Lille n'a pas encore répondu à nos sollicitations. 


Sur le même sujet

Témoignage du père d'un patient de l'hôpital Pinel

Près de chez vous

Les + Lus