Braderie de Lille. Plus de 800 étudiants récupèrent les invendus alimentaires : "c'est une explosion de la précarité étudiante"

Lundi 4 septembre, l'association Linkee, qui lutte contre le gaspillage alimentaire, a organisé une distribution alimentaire pour les étudiants, après avoir récupéré l'équivalent de 1500 repas auprès des commerçants durant la braderie de Lille.

À chaque minute, la file d'attente s'allonge ce lundi soir devant le Bazaar St-So à Lille. Les centaines d'étudiants ne sont pas là pour être les mieux placés à un concert ou pour s'arracher la dernière paire de sneakers à la mode, ils attendent pour récupérer un sac de courses. 

Julie et Océane, deux étudiantes en master de psychologie, sortent avec le sourire, un gros sac de courses sur l'épaule. À l'intérieur, des bananes, des pommes de terre, des steaks végétariens, des serviettes hygiéniques et même quelques friandises. Tous ces produits ont été récupérés par les bénévoles de l'association Linkee durant la braderie de Lille.

"On a repéré cette distribution alimentaire sur Instagram, raconte Océane, 23 ans. Cela tombe très bien parce qu'avec la rentrée il y a des frais en plus alors comme on a déjà un petit budget nourriture, ça nous aide !"

"Etat d'urgence"

Avant de rentrer chez elle, elles indiquent le chemin à une camarade, elle aussi venue pour la distribution alimentaire. Ce lundi 4 septembre, plus de 800 étudiants ont pu repartir avec un sac rempli de courses d'environ 5 à 7 kilos. "D'habitude, on a plutôt affaire à 300 ou 400 étudiants", souligne Julien Meimon, président de l'association Linkee.

À l'intérieur du tiers-lieu du Bazaar St-So, tous les bénévoles ont le sourire et prennent le temps de discuter avec chacun des bénéficiaires. Mais la longueur alarmante de la file d'attente ne peut empêcher de ternir ce moment que Linkee souhaite convivial.

Brice Benazzouz, responsable de l'antenne lilloise de l'association anti-gaspillage alimentaire, se dit profondément inquiet : "Cela fait un peu moins d'un an qu'on est implanté à Lille et on voit une augmentation régulière. Mais ce soir, on constate vraiment une explosion de la précarité étudiante. C'est quasiment un état d'urgence."

D'après une étude menée par l'association auprès de 5000 étudiants bénéficiaires de Linkee, 77 % des étudiants interrogés ont un reste à vivre de moins de 100 euros par mois, soit 3,27 euros par jour.

Élisa et Pierre, croisés dans la file d'attente, ont pris un job étudiant en plus de leurs études en droit et en STAPS pour augmenter un peu leur pouvoir d'achat. "Quand on fait nos courses, on calcule tout quand même", regrette Elisa. Pierre renchérit : "On travaille entre 7 et 12 heures par semaine en plus des cours, ça ne nous rapporte pas grand-chose, mais c'est déjà ça". Ils ont déjà repéré les prochaines dates de distribution alimentaire organisées par Linkee à Lille. Les prochaines distributions auront lieu les vendredis 8 et 15 septembre à Sciences-Po Lille.

Pour bénéficier d'un colis Linkee, les étudiants doivent se préinscrire en ligne, en fournissant un justificatif de scolarité. Le jour de la distribution, ils doivent venir avec une carte étudiante ou un certificat de scolarité et un sac de course. "Les distributions sont ouvertes à tous les étudiants sans condition de revenu", précise Linkee dans un communiqué.

Par des étudiants pour des étudiants

Presque tous les bénévoles de l'association sont, eux aussi, des étudiants bénéficiaires. "Cela permet de créer une vraie discussion entre bénévoles et bénéficiaires", explique Brice Benazzouz. Cela permet "d'enlever le sentiment de honte" que certains pourraient ressentir en venant, indique Éloi Perignon de l'association Linkee. Et c'est aussi l'occasion d'engager la discussion pour recruter de nouveaux bénévoles. "Ils comptent sur nous et nous, on compte sur eux", déclare Brice Benazzouz.

Au pas de la porte, le président de l'association Julien Meimon enjoint tous les bénéficiaires à devenir bénévoles pour la prochaine distribution. À Lille, ils étaient une trentaine lors de cette distribution. "Mais on était 150 dans les rues de Lille pendant la braderie pour récupérer les denrées", affirme Brice Benazzouz.

Cette campagne de récolte de produits durant la braderie a permis à l'association de se faire connaître par davantage de professionnels. "On appelle les commerçants à se mobiliser, lance Brice Benazzouz. Les restaurants, les traiteurs, les épiceries, les food-trucks : entrez en contact avec nous et on viendra chercher vos invendus." Julien Meimon se désole : "C'est incroyable qu'en 2023 on jette encore de la nourriture... On passe la chercher nous !"

Concernant ce week-end, selon Brice Benazzouz, "une jolie page de l'histoire de la braderie a été écrite". "Tout ce qui pouvait être récupérable a été redistribué", se félicite-t-il. En revanche, en voyant le nombre d'étudiants présents ce lundi soir, il envisage sérieusement de passer d'une à deux distributions par semaine à Lille.