Cambadélis tente de ramener le calme à la fédération PS du Nord

Gilles Pargneaux, secrétaire fédéral PS du Nord, Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, Martine Aubry maire de Lille et François Lamy, ancien député de l'Essonne proche de Martine Aubry. / © France TV
Gilles Pargneaux, secrétaire fédéral PS du Nord, Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, Martine Aubry maire de Lille et François Lamy, ancien député de l'Essonne proche de Martine Aubry. / © France TV

Au lendemain du congrès de Poitiers, le Premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, s'est rendu lundi à Lille prêcher le rassemblement à l'importante Fédération socialiste du Nord, en se prononçant pour la réélection à sa tête de l'"aubryste" Gilles Pargneaux, contestée en interne.

Par AFP

Le poste de secrétaire fédéral que ce dernier occupe depuis 2005 sera remis en jeu lors d'un vote des adhérents jeudi prochain. Venu rendre hommage à Pierre Mauroy, à l'occasion du deuxième anniversaire de sa mort, M. Cambadélis, s'exprimant devant la presse aux côtés de Martine Aubry, la maire de Lille, et de M. Pargneaux, a souligné que "les grandes fédérations ont plus que d'autres un travail énorme à faire".

Se tournant alors vers M. Pargneaux, il lui a déclaré : "Tes qualités feraient de toi un bon dirigeant du PS au niveau national. Il faut que tu termines le job.
Il faut que la Fédération du Nord se rassemble, se concentre sur ce qui est l'enjeu essentiel : d'abord les Français, ensuite la reconquête des territoires, des coeurs et des têtes"
.

Selon M. Cambadélis, il serait donc opportun que M. Pargneaux reste au moins jusqu'aux élections régionales de décembre, en entamant le travail de "rénovation" nécessaire après la perte du département aux mains de la droite. Le candidat du PS aux régionales est un autre proche de Mme Aubry, Pierre de Saintignon.

La fédération du Nord, l'une des plus grosses du PS, a voté à 72% pour la motion A à laquelle a contribué Mme Aubry et même à 79% pour la reconduction de M. Cambadélis. M. Pargneaux verrait donc sa réélection assurée s'il ne trouvait pas sur sa route non seulement un représentant de la motion B, minoritaire, l'universitaire Rémi Lefebvre, mais aussi une tenante de la motion A, Martine Filleul, soutenue, elle, par le ministre de la Ville, Patrick Kanner, ancien président du conseil départemental du Nord.

Mme Aubry a souligné que "Gilles est venu nous voir il y a plus de six mois pour nous dire : "Je ne suis pas sûr de me représenter". "Mais, a-t-elle ajouté, la période est très difficile. Est-ce le moment de changer de secrétaire ?".

Député européen reconnu pour son activité, Gilles Pargneaux a confirmé qu'il se verrait "serein, passer le relais" à la tête du PS du Nord en cours de mandat, même si la date reste à déterminer.

Celui auquel M. Pargneaux a l'intention de céder son poste est Roger Vicot, maire de Lomme, également proche de Mme Aubry.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus