Féminicide à Lompret : un homme de 82 ans tue son épouse de plusieurs coups de couteau

Publié le Mis à jour le

L'homme de 82 ans a poignardé à plusieurs reprises son épouse, âgée de 78 ans. Il a par la suite appelé la police. Malgré l'intervention rapide des secours, la victime est décédée. Selon un témoignage que nous avons récolté, son mari avait déjà été violent auparavant.

Les faits se sont déroulés dimanche 19 juin en fin de matinée à Lompret (Nord), commune située dans le nord-ouest de la métropole lilloise. Un homme âgé de 82 ans a contacté les services de police aux alentours de 13 heures et a déclaré avoir tué son épouse.

Très rapidement, les secours ont été dépêchés sur place. Lorsque les pompiers de Lomme sont arrivés au domicile du couple rue de la Chapelle, des policiers étaient déjà en train de pratiquer un massage cardiaque sur la victime, âgée de 78 ans. Elle avait reçu de multiples coups de couteau au niveau de l'abdomen.

Le mari hospitalisé sous contrainte

Malgré les tentatives répétées de réanimation, les secours ne sont pas parvenus à sauver la femme grièvement blessée. Elle est décédée au domicile du couple.

Contacté ce jour, le parquet de Lille explique que l’état de santé de l'octogénaire auteur des coups de couteau mortels n’a pas permis de le placer en garde à vue. Il a de ce fait été hospitalisé sous contrainte.

"Son mari était violent"

D'après une personne qui connaissait bien la victime et avec qui nous avons échangé, cette femme de 78 ans était très impliquée dans la vie de la commune. Elle participait au club des seniors qui avait lieu tous les mercredis après-midi et considérait ce moment comme une "bouffée d'oxygène".

Son mari était violent, il l’agressait. C’est un homme qui aurait dû être placé, il avait des excès de démence. Elle vivait dans la peur depuis un certain nombre d’années.

Une personne qui connaissait bien la victime

En effet, selon le témoignage d'une connaissance de la femme tuée que nous avons recueilli, elle était victime de violences diverses de la part de son mari qui avait "des excès de démence" et "vivait dans la peur depuis plusieurs années".

Des scellés ont par ailleurs été posés sur la porte d'entrée du domicile du couple pour figer la scène de crime et permettre aux enquêteurs de comprendre ce qui s'est passé derrière les murs de cette maison.