Le corps d'un homme de 29 ans domicilié à Lille retrouvé lesté d’un parpaing dans un étang à Rennes

Après la découverte du corps par des passants vendredi 10 septembre 2021, l'autopsie a permis de confirmer qu'il s'agit bien d'un meurtre. La victime est un homme d'origine turques d'une trentaine d'années vivant à Lille (Nord). Son corps présentait une centaine de blessures par arme blanche.
La police sur place aux étangs d'Apigné après la découverte du corps d'un homme
La police sur place aux étangs d'Apigné après la découverte du corps d'un homme © B. Le Vaillant - France Télévisions

Le corps sans vie d'un homme de 29 ans d'origine turque et domicilié à Lille a été découvert flottant dans un étang au sud de Rennes, vendredi 10 septembre.

Selon les premières informations dévoilées par nos confrères de Ouest France, il était venu passer quelques jours dans la capitale Bretonne et était hébergé dans le quartier du Blosne, dans le sud de Rennes. N’ayant plus de nouvelles, sa famille avait signalé sa disparition en début de semaine.

Corps lesté d’un parpaing

L’alerte avait été donnée par des promeneurs vendredi 10 septembre aux alentours de midi. Alors qu’ils se baladaient aux étangs d’Apigné, non loin de Rennes, ils ont découvert le corps d’un homme qui flottait.

Dépêchés sur place, les services de police ont établi un périmètre de sécurité afin de remonter le corps et de procéder aux premières constatations.

"L’autopsie médico-légale réalisée le 10 septembre 2021 a révélé que la victime présentait une centaine de lésions pouvant avoir été occasionnées par arme blanche, dont certaines transfixiantes ayant été mortelles".

Philippe Astruc, procureur de la République de Rennes

Très rapidement, la piste criminelle est envisagée. L’autopsie, réalisée dans la soirée du vendredi 10 septembre, a permis au procureur de la République de Rennes Philippe Astruc de confirmer que l’homme était déjà mort lorsqu’il a été mis à l’eau. Une centaine de lésions pouvant avoir été occasionnées par arme blanche a été constatée sur le corps de la victime.

Information judiciaire pour meurtre

Ses mains avaient été attachées à l’aide d’une cordelette et son corps était lesté d’un parpaing accroché au niveau de la taille. 

"L’autopsie est venue confirmer le caractère criminel du décès, de nombreuses plaies attestant d’importantes violences occasionnées à la victime dont certaines pouvant être mortelles".

Philippe Astruc, procureur de la République de Rennes

L’identité exacte de la victime n’a toujours pas été dévoilée. Le parquet de Rennes a ouvert mardi 14 septembre une information judiciaire du chef de meurtre. "Les investigations vont donc se poursuivre afin de faire la lumière sur les circonstances exactes de ce passage à l’acte particulièrement violent et d’en identifier le ou les auteurs", conclut le procureur.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
décès faits divers justice société