Lille : l'association La Fourmilière organise des cours de français en ligne pour les réfugiés

Depuis août 2020, des bénévoles organisent des cours de français pour les réfugiés et les demandeurs d'asile à Lille. Mises à mal par le confinement, leurs réunions se déroulent désormais en ligne.
Les cours de français sont organisés par l'association La Fourmilière.
Les cours de français sont organisés par l'association La Fourmilière. © D.R.
Le Covid-19 n’a pas tué la solidarité. Depuis août 2020, une équipe de l’antenne lilloise de l’association parisienne La Fourmilière organise des cours de français à destination des "primo-arrivants". Si les premiers cours se sont d’abord déroulés dans les parcs de la ville, l’association s’est vite implantée à la Maison des Associations depuis fin septembre. Professeurs et élèves s'y réunissent tous les mercredis de 19h30 à 21h.

Visiblement, l’initiative répond à un besoin puisque les cours ont eu rapidement du succès. "Pour respecter les distances et les gestes barrières, on a dû limiter la jauge à 10 personnes maximum, profs et élèves confondus, dans les locaux. Résultat, on a dû refuser des personnes", explique Marina Elbaz, responsable des cours.

Depuis la reprise du confinement, les cours se font en ligne, par petits groupes. Profs et élèves sont mis en relation grâce à un groupe Facebook dans lequel sont réunies toutes les antennes (Paris, Toulouse, Bordeaux, Strasbourg) de La Fourmilière. 4.200 personnes en font partie.

"En enseignant je progresse aussi, il y a certaines règles que je comprends mieux"

Le groupe réunit plus de 4000 personnes.
Le groupe réunit plus de 4000 personnes. © Capture d'écran Facebook
Ce vendredi, sur l’application Zoom, Marina Elbaz a donné rendez-vous à Sonia, une Syrienne de 44 ans, en France depuis deux ans. Depuis un mois elle vient régulièrement aux cours de français. Débutante, elle peine encore à parler la langue et la conversation passe souvent par l’anglais. "I need more practice (j’ai besoin d’entraînement, ndlr)", reconnaît-elle derrière son écran. Alors, en complément, elle "regarde des films français à la télévision et utilise l’application Duolinguo".
Sonia (en haut) et Marina se rejoignent désormais en ligne pour faire cours.
Sonia (en haut) et Marina se rejoignent désormais en ligne pour faire cours. © Capture d'écran Martin Fort
L’exercice, réalisé en ligne, perd en fluidité et en spontanéité. "C’est un peu plus compliqué que les cours en présentiel. En ligne, on est plus rapidement distrait et c’est moins facile de suivre leur travail", illustre Djamena Winiga Gilbert, informaticien lillois de 23 ans qui suit deux élèves, soudanais et péruvien, de niveau B1. "Je les fais travailler le vocabulaire et la grammaire grâce à des dictées et des études de texte", explique-t-il en reconnaissant que ce travail sur la langue lui permet de s’améliorer : "en enseignant je progresse aussi, il y a certaines règles que je comprends mieux".

"Rendre le bénévolat aussi simple et accessible qu’un verre entre amis"

Pour aider les professeurs, l’association fournit des ressources pédagogiques. Nul besoin donc d’avoir une formation ou des expériences dans l’enseignement pour donner des cours qui ne nécessitent pas d’engagement sur la durée : chacun, profs et élèves, vient s’il peut, quand il veut. Le credo de La Fourmilière : "rendre le bénévolat aussi simple et accessible qu’un verre entre amis".
Nous ne sommes pas là que pour donner des cours de français mais aussi pour leur donner confiance
Marina Elbaz, organisatrice des cours à Lille.
Au-delà de l’intérêt académique, le but est surtout de créer du lien entre ces personnes parfois isolées et les locaux. "Depuis la création des cours, deux de mes élèves ont eu envie de reprendre des études. Nous ne sommes pas là que pour donner des cours de français mais aussi pour leur donner confiance", assure Marina Elbaz.

Même discours pour Djamena Winiga Gilbert : "en dehors des cours nous sommes désormais amis, nous nous invitons à des évènements. Leur vie, leur culture sont très enrichissantes pour moi". Pour faire comme eux, il suffit de rejoindre ce groupe Facebook.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
réfugiés société