Lille : une fabrique de savons artisanale, éthique et responsable affiche le label Slow Cosmétique

Publié le

Il existe désormais dans les Hauts-de-France neuf marques de cosmétiques labellisées Slow Cosmétique, comprenez les plus naturels et les moins transformés possibles, selon une charte très exhaustive. La dernière en date est une savonnerie lilloise.

Aujourd'hui, le quotidien de Jérôme Patte consiste à manipuler soude, corps gras et plantes pour créer des savons maison. Lui qui, il y a trois ans à peine, était travailleur social et accompagnait "des enfants et des adultes en situation de handicap, en tant qu'aide médico-psychologique" a décidé de changer de vie en un claquement de doigts, à l'aube de ses trente ans.

"J'avais visité plusieurs pays, se souvient le Lillois, en Europe de l'Est et en Amérique latine. Et j'avais constaté que ce qu'on consommait en France était récolté dans des conditions de travail mauvaises, avec des rémunérations faibles."

Des ingrédients 100% européens

"J'avais envie de devenir mon propre patron, et de faire attention à l'éthique du travail, poursuit-il. Alors j'ai plaqué mon boulot, et la savonnerie s'est imposée d'elle-même, puisque je fabriquais déjà des savons sur mon temps libre pour les copains, la famille. Mon but, tout de suite, ça a été de montrer aux gens l'importance des produits locaux et naturels."

En janvier 2019, Jérôme crée son entreprise, et décide de n'utiliser que des ingrédients qui "ont poussé et été récoltés et transformés en Union Européenne, et le plus possible en France."

Trois ans plus tard, grâce à sa société Les Savons sur Patte, il a créé huit savons différents, dont les best-sellers sont celui au calendula et celui à la bière ; trois nouvelles sortes doivent être développées courant février 2022. En 2021, l'entreprise de Jérôme est labellisée bio, puis Slow Cosmétique.

Slow Cosmétique, kézako ?

L'association Slow Cosmétique milite depuis 2013 pour une consommation alternative des cosmétiques : "moins, mais mieux, résume Julien Kaibeck, fondateur du mouvement et directeur de l'association. Moins, en consommant des produits peu transformés, naturels et si possible zéro déchet. Mieux, en optant pour des produits labellisés."

Le label n'est remis qu'après un examen strict, dans une logique familiale, artisanale et écologique. "Il ne s'agit pas de faire des cosmétiques dans son garage ! sourit Julien. Nous exigeons une série de documents prouvant que l'entreprise suit bien tout le prescrit légal de la réglementation européenne et française en matière de cosmétique.  Puis un jury examine le dossier, à travers une soixantaine de critères."

Une formule naturelle et un business éthique

Plus de la moitié de ces critères concerne les formules, avec une liste de produits excluants comme les dérivés pétrochimiques et plastiques, les conservateurs synthétiques polémiques pour la santé et l'environnement, les parfums synthétiques, les huiles hydrogénées ou encore les dérivés d'huile de palme non responsable.

Parce que le label Slow Cosmétique est militant, le reste des critères porte sur le business model et les allégations. "Nous sommes le seul label à exiger un contrôle financier familial de l'entreprise mais aussi à vérifier les emballages, le rapport qualité-prix ou les allégations marketing."

"On refuse tout ce qui est avancé sur base de brevet farfelu ou de soi-disant étude clinique menée sur 12 femmes… On élimine par exemple un produit qui indique : "réduit les rides en une seule nuit", une allégation non étayée par la formule."

Neuf marques labellisées dans les Hauts-de-France

Avec la labellisation de la savonnerie de Jérôme, les Hauts-de-France comptent désormais neuf marques Slow Cosmétique, sur 302 en Europe. Et certains points de vente, qui choisissent de référencer préférentiellement des marques labellisées Slow Cosmétique au rayon beauté, sont aussi acteurs du mouvement. "De quoi lutter contre le greenwashing qui règne sur le marché des cosmétiques", se réjouit Julien Kaibeck.

Pour lui, la labellisation des Savons sur Patte était une évidence : "avec sa taille humaine, son ancrage local et sa gamme naturelle, éco-conçue avec des ingrédients vraiment nobles, cette marque locale incarne une cosmétique sensée. Ses formules écologiques et sa fabrication artisanale en font une alternative parmi les plus engagées du marché de la beauté."

Une labellisation qui intervient plus d'un an et demi après la dernière dans les Hauts-de-France. "Il faut dire que c'est une région qui n'est pas riche en marques de cosmétiques naturelles, relativise Julien. Néanmoins, l'artisanat savonnier et le zéro déchet sont typiques de la région. D'ailleurs parmi les neuf entreprises labellisées dans les cinq départements, la majorité sont des savonneries, que ce soit La cabane blanche dans le Boulonnais, Antheya dans le Calaisis, les Savons de Pierrefonds ou encore les Savons de Béa, à Saint-Quentin."

Slow Cosmétique va souvent de pair avec bio

Pour tous les ingrédients végétaux, le bio doit être privilégié, mais le label n'exclut pas certains produits non bio s'ils sont issus d'une agriculture raisonnée et locale. "On préfère par exemple une huile de bourrache non bio du Berry que bio de Chine."

De facto, plus de 80% des marques labellisées Slow cosmétique sont également bio. C'est d'ailleurs le cas de Savons sur Patte. "Depuis que nous sommes labellisés Slow Cosmétique, analyse Jérôme, nous avons pu convaincre un plus grand nombre de consommateurs. Nous avons aussi trouvé ce qu’on ne trouve pas forcément en certification bio : un encouragement fort pour l’innovation locale, pour l’engagement de l’artisan par rapport la transparence sur ses ingrédients.”

Les savons de Jérôme Patte sont vendus dans son laboratoire sur rendez-vous à Lille, quartier Moulins ; mais aussi sur les marchés d'été et de Noël, sur les marchés de créateurs, dans des épiceries vrac et sur le site Internet