Ligue des Champions : Lille a dominé mais n'a pas réussi à s'imposer face à Woflsburg (0-0)

Ce mardi 14 septembre, le LOSC recevait Wolfsburg au stade Pierre Mauroy pour cette première journée de l’UEFA Champions League. En supériorité numérique dans la dernière demi-heure, les Lillois ont dominé mais n'ont pas réussi à concrétiser. Frustrant.
Burak Yilmaz à l'entrée de la surface de réparation lors du match du LOSC face à Wolfsburg.
Burak Yilmaz à l'entrée de la surface de réparation lors du match du LOSC face à Wolfsburg. © Denis Charlet / AFP

Les Lillois ont poussé, jusqu’aux dernières secondes, mais n’ont pas réussi à faire trembler les filets de Koen Castell, le gardien de Wolfsburg. 

Le stade Pierre Mauroy paré de rouge avant le cup d'envoi de la rencontre face à Wolsburg.
Le stade Pierre Mauroy paré de rouge avant le cup d'envoi de la rencontre face à Wolsburg. © Emmanuel Quinart / FTV

Pourtant en supériorité numérique sur les Allemands après l’expulsion du défenseur central John Brooks à la 63ème minute, les Dogues ne récoltent qu’un point au terme de cette première rencontre de Ligue des Champions. Match nul 0 à 0. Frustrant.

Après 18 mois de crise sanitaire et des stades complètement vidés de leurs supporters, 34 000 supporters étaient venus encourager les Lillois, dans un stade qui peut accueillir 50 000 spectateurs.

Avant l'entame de match, les supporters chantent et encouragent les Lillois.
Avant l'entame de match, les supporters chantent et encouragent les Lillois. © Emmanuel Quinart / FTV

Résumé du match

Après une entame de match timide pendant le premier quart d’heure, les Lillois s’appliquent et les occasions s’enchainent. 

Manque de précision en première période

Le premier danger arrive avec un coup franc enroulé de Burak Yilmaz à la 11ème minute qui met en difficulté le gardien de Wofsburg. S’en suit la tête de Botman qui passe au-dessus de la barre transversale.

L’attitude est bonne, tout comme l’implication et l’engagement mais il manque un peu de précision dans le dernier geste. À l’approche de la mi-temps, les Dogues sont dans le combat.

Même si le stade Pierre Mauroy n'était pas rempli, les supporters du LOSC ont donné de la voix.
Même si le stade Pierre Mauroy n'était pas rempli, les supporters du LOSC ont donné de la voix. © Denis Charlet / AFP

Les Dogues marquent… mais le but est refusé

Au retour des vestiaires, les Lillois attaquent et Jonathan David délivre les supporters nordistes à la 47ème minute. Mais l’arbitre demande la VAR et le but est finalement refusé deux minutes plus tard.

Coup dur pour les Dogues qui ne se laissent pas abattre, poussés par un stade Pierre Mauroy en fusion.

Les Allemands réduits à dix

A la 63ème, le défenseur central de Wolfsburg John Brooks reçoit un second carton jaune et est expulsé de la pelouse du stade Pierre Mauroy. Les Lillois sont en supériorité numérique pour la dernière demi-heure. La victoire est au bout de l’effort. À la 64ème, Jonathan David tire sur une passe de Botman mais le portier Allemand repousse la frappe. 

Les Lillois obtiennent un coup franc à la 78ème minute à l’entrée de la surface de réparation, mais le ballon est repoussé par le mur Allemand. Par la suite, les occasions s'enchaînent. jusqu'à la fin du temps réglementaire.

6 minutes de temps additionnel. Un penalty, sifflé à la 96ème en faveur des Lillois, est finalement refusé puisque la faute allemande a été commise en dehors de la surface de réparation. Les Lillois ont poussé jusque’à la dernière seconde mais ça n'a pas suffit. L’arbitre siffle la fin du match. Le LOSC et Wolfsburg font match nul, 0 à 0.

"Il faut être tueur, ne pas encaisser et marquer"

Mal en point en championnat après cinq journées avec une triste douzième place et une défaite 2 à 1 face à Lorient, les Dogues espéraient créer l’exploit. Lors de leur dernière participation à la coupe d’Europe au terme de la saison 2019-2020, les Lillois avaient terminé derniers de leur poule avec cinq défaites et un match nul face à Valence.

"C’est un honneur de jouer la Ligue des Champions et il faut être à la hauteur de ça, avait déclaré Jocelyn Gourvennec, nouvel entraîneur des Dogues en conférence de presse d’avant-match. Pour être à la hauteur, il faut se mobiliser, que chacun individuellement se mobilise encore plus, hausse son niveau d’exigence. Si on hausse notre niveau d’exigence, on est capable de faire de très belles choses".

Faire de très belles choses, c'était également l’objectif affiché par le milieu de terrain Benjamin André. "Il faut être tueur, ne pas encaisser et marquer. Même si on a peu d’occasions, il faut savoir scorer et toutes les équipes en Ligue des Champions font ça. Donc il faut qu’on soit ultraréalistes et qu’on ait cet esprit tueur en tête"

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
losc football sport