Livre. 5 raisons de lire "Sortir au jour", le dernier roman d'Amandine Dhée

durée de la vidéo : 00h12mn56s
L'autrice Amandine Dhée parle de "Sortir au jour", un livre réconfortant sur la mort, le lundi 30 janvier 2023 sur le plateau de "Vous êtes formidables", présenté par Virginie Demange. ©FTV

Après avoir questionné la maternité, la féminité ou encore le désir, l'autrice lilloise Amandine Dhée réussit le pari pour son neuvième roman, sorti le 13 janvier 2023, d'écrire un livre réconfortant sur la mort. Un texte subtil, original et contre toute attente... drôle !

"J'avais envie d'écrire sur la mort, sans pour autant faire pleurer mes lecteurs.", annonce d'emblée l'autrice lilloise Amandine Dhée. Pari réussi avec Sortir au jour, son neuvième roman publié le 13 janvier 2023 au éditions La Contre Allée

Après avoir été l'invitée de la Grande Librairie sur France 5, le 18 janvier 2023, Amandine Dhée a présenté son livre sur le plateau de Vous êtes formidables.

"Ce livre parle de la façon dont on peut réapprivoiser doucement notre lien à la mort. C'est l'histoire d'une femme qui est mon double fictionnel, et qui se rend compte que son rapport à la mort est seulement fait d'angoisses et de la peur de perdre ceux qu'on aime. Et c'est quelque chose qu'elle aimerait changer. Au fur et à mesure de l'histoire, elle s'apaise."

Découvrez cinq raisons de vous précipiter sur les quelque 130 pages de Sortir au jour.

1 - Parce que c'est réconfortant

C'était l'objectif qu'Amandine Dhée s'était fixé et le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est réussi. "La mort, c'est plus que triste, plus qu'indicible. Écrire sur ce thème, explique-t-elle, c'est célébrer ce qui nous unit."

C'est un roman dans lequel on se reconnaît à chaque page, qui donne envie de vivre et qui apaise. "J'aime la beauté des rituels pour dire au revoir. Il y a de la musique, il y a du sacré, même si les croyances perdent du terrain. Je crois qu'il y a des choses à réinventer, des formes festives à créer, pour dire au revoir à nos défunts."

"C'est important, cette étape, car la façon dont on accompagne la personne défunte ressemble à la façon dont cette personne a ouvert sa porte de son vivant."

2 - Parce que c'est drôle

Amandine Dhée a cette capacité de parler de choses très graves avec légèreté et autodérision. C'est la grande force de ce roman : on rit en le lisant. Entre les chapitres se glissent parfois des témoignages ubuesques issus l'émission de télévision Vis ma vie.

"Au milieu de situations tragiques, je voulais pouvoir faire rire. C'est une façon de prendre de la distance, de se remettre en mouvement."

"La légèreté est insolite quand il s'agit d'aborder la mort et finalement, on se dit que c'est normal, on n'a juste plus envie que ce soit tabou. La vie, c'est aussi la mort."

"Ce n'est pas le moment de ne pas rire. Mon meilleur remède face au tragique ou à l'angoisse, c'est justement d'éclater de rire.", affirme Amandine Dhée.

3 - Parce que vous allez découvrir un métier méconnu

Le livre est construit comme un dialogue, entre une autrice et une thanatopractrice, une personne qui s'occupe de préserver le corps d'un défunt en lui faisant des soins de conservation. Une façon de confronter ce qu'il y a avant la mort et ce qui vient après.

Depuis plusieurs années, Amandine Dhée tentait d'écrire sur la thématique de la mort et du deuil, sans y parvenir. Cette rencontre, qu'elle a réellement vécue, l'y a aidée.

"C'était lors d'une dédicace, se souvient-elle. À la fin, un vieux monsieur est venu me dire que mon texte était formidable, mais que le mot « autrice » le gênait beaucoup, qu'il trouvait que ça sonnait mal. Plusieurs femmes m'ont soutenue, une institutrice, une animatrice et... une thanatopractrice."

Une autrice et une thanatopractrice font le même métier : raconteuse d'histoires.

Amandine Dhée, écrivaine

"Elle était toute mignonne, avec un beau sourire, décrit Amandine Dhée, pas du tout comme j'imaginais quelqu'un qui ferait ce métier, par exemple un vieux monsieur à cheveux blancs. J'ai réalisé les clichés que je portais en lien avec le funéraire."

"Elle est venue chez moi, je l'ai enregistrée et je me suis sentie dépositaire d'une parole super précieuse. Ça m'a poussée à écrire, sur ce qu'elle faisait, sur le soin qu'elle y apportait."

"Elle a un lien avec les vivants, avec les proches de la personne défunte, et avec les morts aussi. J'ai voulu rendre hommage aux métiers du soin, des métiers difficiles pour lesquels il n'y a pas de témoin. Si elle le faisait mal, qui pourrait le dire ? Elle le fait bien parce qu'elle y met du sens."

Le livre est donc l'occasion de découvrir ce métier, tout le professionnalisme et la délicatesse qu'il demande. "Et puis, conclut Amandine Dhée, une autrice et une thanatopractrice font le même métier : ce sont des raconteuses d'histoires."

4 - Parce qu'on y trouve plein de bons conseils

Sortir au jour est en quelque sorte un mode d'emploi du deuil, à lire à partir de douze ans. Amandine Dhée y aborde toutes les morts, de celle de France Gall aux victimes du Covid en passant par la famille et les amis proches.

Comment gérer lorsque la peine est trop lourde ? L'autrice suggère une technique qu'elle a elle-même testée et approuvée : transformer le deuil et la tristesse en caillou.

"L'une de mes amies proches est décédée, confie-t-elle. Elle était flamboyante, avec énormément de convictions et ces convictions-là, même si elle est partie, je sais qu'on est plusieurs à les porter."

"La tristesse ne dure pas mais se fige, et forme un petit caillou, qu'on transporte avec soi. Je l'utilise pour me souvenir qu'elle nous a transmis sa force et sa fougue et ça, c'est précieux."

On y apprend aussi à répondre à un petit qui demanderait si lui aussi, il va mourir. "Il faut être à la hauteur des questions de nos enfants.", clame Amandine Dhée, qui a eu à gérer cette situation et s'est retrouvée démunie.

C'est d'ailleurs l'extrait qu'elle a choisi de lire lors de son intervention dans La Grande Librairie sur France 5.

5 - Parce que ce livre s'écoute !

Si vous avez la flemme de lire, bonne nouvelle, l'autrice organise des lectures musicales, avec la musicienne et chanteuse Sarah Decroocq, du groupe June Bug. "C'est une façon de faire découvrir le texte autrement, avec une traversée collective.", se réjouit Amandine Dhée.

Vous verrez que ce petit livre sans tabous donne envie de revisiter les deuils qu'on a eus dans sa vie et de les aborder différemment.

Prochaine lecture musicale le 8 avril 2023 à 16 heures, à la médiathèque Marguerite Yourcenar de Fâches-Thumesnil.

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Hauts-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité