Nord et Pas-de-Calais : 6 647 élèves en moins en primaire à la rentrée 2022, mais des moyens d’enseignement renforcés, selon le Rectorat

Publié le
Écrit par Yves Asernal

Le nombre d’élèves continue de chuter dans le Nord et le Pas-de-Calais pour la cinquième année consécutive. Plusieurs milliers dans le premier degré, 751 dans les collèges selon les projections du Rectorat, Pourtant l’académie disposera d’une cinquantaine de postes d’enseignants supplémentaires.

Réduire encore le nombre d’élèves par classe dans le primaire et donner des moyens supplémentaires aux directeurs d’écoles, ce sont deux des priorités affichées par le Rectorat de Lille pour la prochaine rentrée des classes. 

À eux seuls, les deux départements concentrent plus de 10 % de la baisse démographique qui frappe le premier et le deuxième degré dans l’ensemble de l’hexagone.

Malgré ces prévisions, les moyens d’enseignement de l’Académie de Lille ne seront pas amputés mais augmentés. En priorité pour poursuite le dédoublement des classes de grande section CP et CE1, une priorité de ce gouvernement. Dans l’académie, le nombre moyen d’élèves par classe est ainsi déjà passé de 23,2 en 2017 à 20,8 à la rentrée 2021. Les taux d’encadrement seront stabilisés ou augmentés pour les autres niveaux. 

Autres annonces : pas de fermeture d’école sans accord du maire de la commune, des moyens supplémentaires accordés aux élèves en situation de handicap avec l’ouverture de nouvelles structures, la mise en place de dispositifs robotisés pour les élèves longtemps absents et le début de l’enseignement de deux langues régionales, le picard et le flamand occidental dans certains établissements

Pour le délégué syndical du SNUIPP Nord, l’académie ne répond pas à deux problèmes essentiels : remplacer les profs absents mais surtout répondre à la crise des vocations. "On commence l’année dans le département du Nord avec des postes sans enseignants", explique Alain Talleu. "Comment alors gérer les départs et les maladies au cours de l’année ?".  En outre, le système de ruptures conventionnelles a été mis en place pour les enseignants. Or, selon ce délégué syndical, il y a beaucoup plus de candidats au départ que d’argent prévu dans les caisses pour les indemniser.