• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Rassemblement contre l'antisémitisme à Lille : “Ce n'est pas une opinion mais un délit”

Des portraits de Simone Veil, survivante de l’Holocauste, ont été tagués de croix gammées à Paris. / © JACQUES DEMARTHON / AFP
Des portraits de Simone Veil, survivante de l’Holocauste, ont été tagués de croix gammées à Paris. / © JACQUES DEMARTHON / AFP

Face à la montée des actes antisémites, plusieurs partis politiques appellent à un rassemblement ce mardi 19 février à Lille. Une mobilisation qui aura aussi lieu dans plusieurs grandes villes de France.

Par Margot Desmas

Une union de 19 mouvements et partis politiques appelle à un rassemblement contre l'antisémitisme ce mardi, à 19h, sur la place de la République, à Lille. Cette mobilisation prendra également place dans plusieurs villes de France pour lutter contre "la multiplication" de ces actes. A noter que le Rassemblement national ne figure pas dans cette liste qui comprend notamment LREM, le PS, les Républicains, La France insoumise...

"Jamais nous n'accepterons cette banalisation, indique un tract relayé par Dominique Plancke, membre fondateur des Verts et militant écologiste. Nous réaffirmons que l'antisémitisme n'est pas une opinion mais un délit."
 

"Les actes antisémites se sont dramatiquement multipliés au cours de l'année 2018. Ca suffit !", clament aussi les signataires d'un appel national lancé par 14 partis. Une action qui intervient alors que les menaces et violences visant les Juifs ont augmenté de 74% en 2018, selon un bilan du ministère de l'Intérieur publié mardi.

Des portraits de l'ancienne ministre et rescapée de la Shoah Simone Veil, peints sur des boites aux lettres à Paris, ont notamment été tagués de croix gammées lundi 11 février. Ils ont depuis été restaurés par l'artiste, Christian Guemy alias "C215".

"Nous portons dans le débat public des orientations différentes, mais nous avons en commun la République. Et jamais nous n'accepterons la banalisation de la haine. C'est pourquoi nous appelons l'ensemble des Français à se réunir dans toutes les villes de France pour dire ensemble : Non, l'antisémitisme, ce n'est pas la France !", dit le texte.

 

Le RN mis à l'écart


Le RN de Marine Le Pen n'a pas été invité à signer l'appel national émis par le PS, selon l'entourage du premier secrétaire Olivier Faure contacté par l'AFP. Et on ne le retrouve pas non plus au niveau local. Même chose pour Debout la France, dont le président Nicolas Dupont-Aignan a dénoncé une "manipulation des partis du système".

"Ça n'est pas une manifestation qu'il faut pour stopper l'antisémitisme, mais l'action ! Celle consistant à éradiquer le fondamentalisme islamiste dans notre pays ! Êtes-vous prêts à signer pour cela ?", a twitté Marine Le Pen, députée du Pas-de-Calais. Elle n'a pas encore indiqué si elle participerait à cette marche.
 

L'élue avait dénoncé, mardi, la "flambée des actes antisémites et des dégradations de lieux de cultes chrétiens", révélatrice selon elle d'"une haine" qui prospère en France "dans une indifférence coupable".

 

Sur le même sujet

Je t'aime à l'européenne : l'Europe et nous (épisode 5/5)

Les + Lus