Régionales : Ugo Bernalicis (LFI) est candidat dans les Hauts-de-France et tend la main au PCF et aux Verts

Le député La France Insoumise, qui a annoncé sa candidature aux élections régionales de mars 2021, vendredi à Lille, a fait un pas vers EELV et le parti communiste pour "faire revenir la gauche dans l'hémicycle".

Ugo Bernalicis a annoncé, vendredi, être candidat à la tête d'une liste aux élections régionales de mars 2021.
Ugo Bernalicis a annoncé, vendredi, être candidat à la tête d'une liste aux élections régionales de mars 2021. © Alexis Sciard - MaxPPP
Ugo Bernalicis vise les régionales. Le député La France Insoumise du Nord a annoncé, vendredi 25 septembre, qu'il était candidat à la tête d'une liste aux élections régionales de mars 2021, en accompagnant cette annonce d'une main tendue à EELV et au parti communiste.

"Je propose de conduire une liste de rassemblement large car nous avons une responsabilité particulière, nous à LFI et la gauche en général dans cette région pour faire en sorte qu'il y ait à nouveau des conseillers régionaux de gauche dans l'hémicycle", a annoncé, vendredi, Bernalicis (31 ans) lors d'un point presse à Lille.
 

"Xavier Bertrand a les mains libres depuis maintenant bientôt cinq ans face au Rassemblement national"

Ugo Bernalicis, député LFI du Nord


Et de regretter que le président de la région "Xavier Bertrand a les mains libres depuis maintenant bientôt cinq ans, face au Rassemblement national", ajoutant que la gauche avait une "responsabilité de conquête".

Lors des régionales de 2015, la liste PS, arrivée 3e au premier tour, s'était désistée pour faire barrage au RN et avait appelé à voter Xavier Bertrand. Ugo Bernalicis, qui avait déjà été candidat en 2010 avec le Front de gauche et en 2015 sur une liste aux côtés d'EELV, a tendu la main à EELV et au PCF, estimant "être en capacité de pouvoir réunir ces deux courants politiques traditionnels qui, jusqu'à présent, n'ont jamais réussi à être ensemble" dans la région.

"Nous avons entrepris des démarches avec les autres forces de gauche pour se mettre d'accord au niveau national", a-t-il rappelé, avant de préciser que ces rapprochements ne concernaient, à l'heure actuelle, pas le PS. Et d'ajouter : "Il faut une rupture avec la politique d'Emmanuel Macron ainsi qu'avec le quinquennat précédent", a-t-il expliqué.
 

Début septembre, Bernalicis n'a pas signé une tribune dans Libération qui appelait au rassemblement à gauche dans les Hauts-de-France


Cette annonce de candidature intervient alors que des élus majoritairement PS, EELV et PCF, et deux de LFI, ont appelé le 9 septembre dans une tribune dans Libération "à créer les conditions d'un rassemblement à gauche" aux régionales dans les Hauts-de-France. Un "appel régional" que n'a pas signé le député LFI, car "nous avons initié des discussions nationales, et par respect pour ces discussions, il ne s'agit pas de forcer la main et se mettre d'accord localement avant que quelque chose aboutisse".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections régionales politique élections région hauts-de-france