Rétro 2017 : l'année vue par Maëva Coucke, Miss France 2018

Rétro 2017 : l'année vue par Maëva Coucke, Miss France 2018 / © France 3 Nord Pas-de-Calais
Rétro 2017 : l'année vue par Maëva Coucke, Miss France 2018 / © France 3 Nord Pas-de-Calais

En cette fin d'année, nous vous proposons de revenir sur 2017 avec plusieurs personnalités qui ont marqué la région.
Cinquième épisode de cette série avec Maëva Coucke, Miss France 2018

Par E.B. pour Corinne Péhau

"Quand on dit Miss France, j’ai pas le réflexe de me dire tout de suite "c’est moi" mais ça vient petit à petit… je me disais que c’était tellement impossible … réussir, ça fait bizarre…"


Rétro 2017 : l'année vue par Maëva Coucke, Miss France 2018
Retour sur l'année 2017 avec Miss France 2018, Maëva Coucke  - France 3 Nord Pas-de-Calais - Corinne Péhau



L'élection

"Explosion de joie, à l’intérieur de moi, j'ai eu envie de pleurer ... j'avoue et beaucoup de fierté. J’avais du mal à croire que j’avais réussi à devenir Miss France."

"On doute quand même pendant le mois de préparation parce qu'on est entouré des 29 autres candidates. On voit les atouts de certaines. On se dit, voilà elle est jolie, elle est intelligente, etc.

Donc c'est vrai, c’est un mois où il nous arrive de douter mais peut-être pas par rapport aux deux autres Miss France du Nord Pas-de-Calais, parce que je me disais que rien n’empêchait que je devienne la 3ème.

Et si les gens étaient derrière moi c’était possible donc à ce niveau-là, ça ne me faisait pas trop stresser."

"C’est la motivation, la motivation des ch’tis. Je pense que c’est vrai. Camille, Iris et moi, on est des filles très impliquées dans ce qu’on fait et j’étais impliquée déjà dans le monde des miss depuis un moment avec mon premier tire de Miss Pévèle ensuite Miss Nord-Pas-de-Calais. Et j’allais déjà à la rencontre des gens de ma région et j’avais beaucoup de plaisir à le faire."


Ma soeur jumelle

"On avait fait le concours Elite très jeunes, je pense qu'on avait 16 ans. Après le concours, ma sœur a fait le choix de devenir mannequin, d’en faire son métier. À la différence de moi qui, après le bac, ai choisi de faire un BTS commerce international, et d’enchaîner sur ma licence de droit. Ma sœur  jumelle a choisi de devenir mannequin. Donc à ses 18 ans, elle est tout de suite partie de la maison."

 

La vie d'avant

"Pendant mon enfance, j’allais beaucoup à Stella-plage où on avait une maison sur la côte, prés du Touquet et j’adorais m’amuser dans les dunes. Voilà…quand j’étais plus jeune."

"D’ailleurs je suis contente car quand j’ai tourné mon portrait Miss France, on était sur la plage du Cap Gris-nez et j’ai vu dans les commentaires que les gens étaient flattés de voir cette belle plage passer à la télé car ce sont vraiment des beaux paysages."

 

2018

"Dès qu’on est élue Miss France, on est tout de suite prise en charge et entourée. C’est vrai qu’on n’a pas l’habitude d’avoir toujours un maquilleur à nos côtés donc on se rend compte de la chance qu’on a."

"Et puis, ce qui fait bizarre aussi c’est qu’on marche dans la rue et on se rend compte qu’on est remarquée, que les gens veulent faire des photos avec nous. Chose que je n’avais pas avant, quand même donc ça fait beaucoup de changements."

"Il y a pas que les gens du Nord qui ont voté pour moi, il y aussi d’autres Français dans d’autres régions, donc voilà je vais essayer d’être le plus proche possible d’eux pendant un an et d’être une Miss France généreuse et ouverte à tous les habitants."


A lire aussi

Sur le même sujet

Dans la Somme, une petite maison d'édition jeunesse aux valeurs humanistes

Les + Lus