TEMOIGNAGE. Déconfinement : cet aide-soignant lillois continue d'appeler à la prudence en cette période de déconfinement

Il y a deux mois, cet aide soignant lillois, brancardier depuis 13 ans au CHU de Lille, lançait un appel sur notre antenne pour inciter la population à rester à la maison. Nous avons voulu avoir son avis sur le déconfinement : une bonne chose mais il alerte sur le risque d'une deuxième vague.

Déconfinement : à Lille, cet aide-soignant tient à rappeler à la prudence en cette période de déconfinement.
Déconfinement : à Lille, cet aide-soignant tient à rappeler à la prudence en cette période de déconfinement. © FRANCE 3 NORD PAS-DE-CALAIS
"Je suis fatigué oui, parce qu'il y la fatigue physique mais surtout la fatigue mentale", témoigne Thibaut, brancardier depuis 13 ans au CHU de Lille. Durant tout le confinement, il a travaillé mais il se dit soulagé de voir que le nombre de contaminations diminue. "Au niveau des personnes en suspicion Covid, il y a moins de personnes qui arrivent parce que justement le confinement a fait son travail. ça nous permet aussi de souffler par rapport au tout début"
 
Portrait d'un aide soignant à Lille après le confinement

Nous l'avions rencontré il y a presque deux mois. Pour inciter la population à rester confinée, Thibaut avait accroché une banderole devant sa maison et enregistré un clip de sensibilisation à l'hôpital avec ses collègues : "Je vous applaudis vous qui arrivez à rester chez vous parce que c'est vachement important. On compte sur vous !"

Comme tout le monde, aujourd'hui, il savoure cette liberté retrouvée. Lundi, jour de déconfinement, il a enfin pu revoir sa famille. "J'ai eu la chance de pouvoir aller voir mon papa, c'était ses 68 ans. On lui a fait une petite surprise. On a été dans son jardin, juste devant sa maison, pour lui dire on est là !"
 

 

Une nouvelle liberté à préserver


Mais Thibaut craint la deuxième vague : "Là, on a une semi-liberté, on nous autorise à sortir, on a fait deux mois d'efforts intenses à rester chez soi. On voit que ça marche. Le virus part petit à petit mais il reste encore, et comme le virus est mécanique, il reviendra si justement on n'a pas ces fameux gestes barrière"

 Au milieu de la grand-place de Lille, en observant les passants, il est un peu rassuré. "Les gens jouent le jeu. Ceux qui sont à côté l'un de l'autre ont des masques, sinon ils sont à distance réglementaire et il n'y a pas de rassemblement. Les gens sont heureux donc c'est chouette !"

Mais vigilance toujours! Le CHU de Lille lance un appel à la responsabilité individuelle. Et alerte sur des comportements qui pourraient provoquer à nouveau l'engorgement des service de réanimation.
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société coronavirus santé
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter