Voilà pourquoi les rappeurs s'arrachent le trompettiste Béesau, qui a joué pour Kungs et Seal

Publié le
durée de la vidéo : 00h12mn48s
Le trompettiste Béesau présentait son album "Coco Charnelle" sur le plateau de "Vous êtes formidables" le vendredi 3 février 2023. ©FTV

Il est trompettiste, beatmaker et producteur, il a joué pour Seal et le groupe Kungs, mais aussi pour les plus grands rappeurs. Béesau remet la trompette au goût du jour et sort un double album solo avant un grand concert au festival "Jazz à Liège" le 26 mai 2023.

Retenez bien ce nom. Béesau (prononcer Bézo) fait le grand écart entre jazz, funk et hip hop dans son album Coco Charnelle, pour lequel il sera en concert le 26 mai 2023 dans le cadre de Jazz à Liège.

À la fois trompettiste, producteur et beatmaker, c'est-à-dire créateur de sons, il est courtisé par les plus grands rappeurs lyricistes, avec lesquels il a l'habitude de réaliser des featurings, comme les Belges Primero et Peet. 

Mais pourquoi les rappeurs sont-ils sous le charme et surtout, pourquoi devriez-vous, vous aussi, vous intéresser à Béesau ? 

La liste est longue et nous l'avons dressée pour vous.

Parce qu'il joue trop bien de la trompette, évidemment

Vous ne nous croyez pas ? Démonstration.

Béesau interprète en live son morceau Parfum sur le plateau des Hauts en scènes.

durée de la vidéo : 00h03mn10s
Béesau joue son titre "Parfum" pour "Les Hauts en scène". ©FTV

Cet artiste sincère et exigeant a organisé toute sa vie autour de la trompette, qu'il a commencé à pratiquer à l'âge de 7 ans, sur les conseils de sa mère.

"Petit, se souvient-il, j'aimais bien tout ce qui brillait. J'ai fait huit ans de conservatoire et puis je me suis fait virer. L'encadrement ne me convenait pas..."

"À douze ans, j'ai acheté mon premier album avec mon propre argent de poche. J'écoutais en boucle la chanson de P. Diddy, Diddy Rock."

Dès quatorze ans, avec son ordinateur, il fait des instrus pour des rappeurs de La Rochelle. "J'ai commencé comme ça, raconte-t-il, en créant des sons pour le rap. Le côté jazz m'est venu de Roy Hargrove. J'ai tout écouté de lui."

"C'est d'ailleurs l'œuvre du jazzman qui m'a permis d'avoir le bac, puisqu'en jouant le morceau Strasbourg / Saint-Denis en option musique, j'ai eu 20 ! C'est là que j'ai ressorti ma trompette de sous mon lit et que j'ai recommencé à jouer."

Parce qu'il a joué avec les plus grands

Pour se remettre à niveau, Béesau intègre le Centre des musiques Didier Lockwood. "C’est la plus grande école de jazz en France, formée par un violoniste de jazz mondialement connu !"

Après sa formation, il fréquente tous les clubs de jazz de Paris où il finit par être repéré.

"J'ai eu de chouettes expériences, sourit-il, soliste pour Seal par exemple. J'ai aussi joué de la trompette pour Kungs, dans le succès planétaire This girl."

Parce qu'il réhabilite la trompette

Son instrument étant souvient associé aux fanfares, Béesau a décidé de le réhabiliter, en rajoutant un maximum de sensualité.

"On m'a souvent demandé, regrette-t-il, parce que j'étais trompettiste, si je jouais dans une fanfare. Dans ma génération, on a l'impression que les cuivres sont de vieux instruments, datés, qui viennent d'une autre époque, démodés même. Moi, j'essaie justement de mettre du sensuel, du charnel, d'où le titre de l'album."

Parce qu'il est ultra perfectionniste

L'artiste peut passer plusieurs heures pour trouver "la bonne note". "Au départ, je n'aimais pas le son de la trompette, explique-t-il, trop brillant, trop dur. Alors j'ai passé un temps fou à chercher comment adoucir le son de mon instrument."

Béesau est perfectionniste, et exigeant. Il présente son double album comme une œuvre globale, 36 titres à écouter en entier, dans l'ordre. "De même qu'on ne regarde pas un film de la douzième à la trente-quatrième minute, un album, c'est pareil."

"On vit dans une ère dans laquelle on consomme très vite la musique, dans tous les sens et on a perdu ce qu'on avait du temps des CD. Quand on découvrait l'album on l'écoutait du début à la fin."

"J'ai conçu mon disque comme ça, l'ordre a une importance. Je mélange beaucoup de styles, des featurings avec des rappeurs, mais aussi mes compositions. Je voudrais que le public prenne connaissance de tout."

Parce que c'est un amoureux de l'amour, et c'est trop chou

L'homme admire le travail de Coco Chanel et est attiré par "l'aspect sensuel et érotique du lien humain", mais aussi - et avant tout - par l'amour.

"Toute ma vie j'ai été en couple, s'amuse-t-il. Je suis tombé amoureux pour la première fois à quatorze ans. Et j'ai toujours été en relation de couple, sans pause entre deux. Je crois que je suis un amoureux de l'amour !"

Parce qu'il est sexy

Au-delà d'être un musicien, le jeune homme originaire de l'île de Ré est aussi un sportif puisque sur son île, il a beaucoup pratiqué le surf.

"J'ai d'ailleurs un diplôme de prof de surf, j'aurais pu ne pas me lancer dans la musique professionnellement et garder les pieds dans l'eau. J'ai hésité, j'avoue mais je ne regrette pas mon choix."

Bref, Béesau est sexy et il aime en jouer sur les réseaux sociaux, où il lui est même arrivé de poser quasi nu !

Parce qu'il a plein de projets

D'autres featurings avec encore plus de rappeurs, de nouveaux titres pour un futur album... À presque trente ans, Béesau n'arrête jamais. "Je crois que je compose quasiment tout le temps !"

L'un de ses rêves serait de faire des musiques de films. "Hélas, Tarentino ne m'a pas encore appelé !", rit-il. Pour l'heure, il a déjà créé la musique d'une série documentaire pour Canal Plus.

En résumé, parce qu'il est au top !

Le double album Coco Charnelle Part. I et II est disponible en physique et sur toutes les plateformes de streaming. Béesau sera en concert le 26 mai 2023 dans le cadre de Jazz à Liège.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité