Covid-19. Les clubs de volley-ball nordistes veulent continuer après une pause sanitaire, et dans d'autres conditions

C'est la grande confusion dans les championnats pros. La ministre des sports a annoncé que les championnats de sports collectifs pouvaient se poursuivre, mais à huis clos, durant le confinement. Une solution qui n'arrange pas les clubs pros de la région en volley-ball. Exemple au VCMB.

Les volleyeuses de Marcq-en-Baroeul contre Nancy-Vandoeuvre
Les volleyeuses de Marcq-en-Baroeul contre Nancy-Vandoeuvre © Jean-Marc Devred
Ce mardi soir, les louves de Marcq-en-Baroeul recevaient les Lorraines de Nancy-Vandoeuvre à l'occasion de la 7è journée de Ligue A féminine (LAF). Personne dans la salle, huis clos oblige, à l'exception des joueuses, membres des deux staffs, et des ramasseurs de balles, des adultes en l'occurence. Malgré tout, le speaker met de l'ambiance avec une sono en mode match avec public.
Sur le terrain, les deux équipes, qui figurent dans le haut du tableau, se donnent à fond. Et à l'issue d'une rencontre intense, et de qualité, le Volley club de Marcq-en-Baroeul (VCMB) s'incline 1-3 après deux heures de jeu. Mais quand aura lieu le prochain match ?
La réponse n'est pas claire. La veille du confinement, la ministre des sports Roxana Maracineanu avait annoncé que les championnats professionnels de sports collectifs pouvaient se poursuivre, mais à huis clos. Une dérogation qui n'arrange pas les clubs des sports de salle, qui vivent essentiellement grâce aux subventions des partenaires, ainsi que des recettes de billetterie. 
Une réunion a eu lieu lundi soir à la Ligue nationale de volley-ball (LNV). Le comité directeur a annoncé que "après une journée de consultation, organisée par division, à laquelle tous les acteurs du volley professionnel (clubs, entraineurs, joueurs et joueuses) ont contribué, la décision de poursuivre les championnats a été prise à l’unanimité". Mais voilà. Cette prise de position" unanime " n'est pas clairement appliquée partout.

Une "pause sanitaire" ce week-end

Ainsi, le VCMB a demandé qu'une "pause sanitaire" soir imposée dès ce week-end. Son président, Vincent Joly, explique:" nous souhaitons effectivement que le championnat de LAF se poursuive, mais pas dans n'importe quelles conditions. Le huis clos qui nous est imposé nous prive déjà de recettes. Heureusement, nos partenaires restent fidèles. Mais il faut que nos matches soient visibles en streaming".
Actuellement, tous les matches de LAF de Ligue A et Ligue B masculines sont diffusés sur la chaîne interne LNVTV. Mais l'accès est payant et surtout, la qualité laisse fortement à désirer. C'est pourquoi Vincent Joly propose que chaque club " diffuse ses matches en streaming. Mais une diffusion de qualité, à plusieurs caméras, avec un commentaire, ce qui n'est pas le cas de LNVTV. Et surtout, cette diffusion doit être gratuite. C'est la seule façon de populariser notre sport en l'absence de public".
Pas sûr que la Ligue soit favorable à cette solution...
En attendant, la prochaine journée est d'ores et déjà reportée, en Ligue A féminine, mais aussi masculine; alors que le championnat de Ligue B masculine (LBM) , avec Saint-Quentin, va se poursuivre ce week-end. 
Le VCMB ne se déplacera donc pas samedi à Cannes. En LAM, les matches Tourcoing- Narbonne et Cambrai-Paris n'ont pas pu se tenir ce week-end à cause de cas positifs de covid-19. La 7è journée avec notamment Nice-Tourcoing et Narbonne-Cambrai a également été ajournée en vertu de cette "pause sanitaire".
En revanche, le match reporté de la 2è journée entre Cambrai et Toulouse aura lieu, à huis clos, le 11 novembre (17h30) à la salle Vanpoulle après accord des deux présidents.
 

Priorité à la Santé

Cette pause en tous cas est bien accueillie par l'entraîneur du VCMB Thibault Gosselin." Ce soir, nous avons assisté à un match de qualité. Mais personne ne l'a vu ". Les déplacements causent aussi un sérieux problème aux joueuses du Nord." Nous avons sept adversaires qui sont dans le Sud de la France. A cause du confinement, nous avons du mal à trouver des transports et des hôtels. Il n'y a plus de restaurants pour nous accueillir. Nous faisons comment dans ce cas ? Nos déplacements durent trois jours, contrairement aux sudistes qui peuvent s'affronter entre elles et se déplacer en minibus... Dans ces conditions, comme l'épidémie empire, autant suspendre le championnat jusqu'à nouvel ordre"
.Cela laisse entendre que d'autres journées pourraient être reportées, tant que la crise sanitaire ne s'améliorera pas. Thibault Gosselin rejoint bien sûr Vincent Joly quand le président déclare:" Il faut faire avec le virus. Il n'est donc pas question d'arrêter les championnats. Mais il faut faire preuve de souplesse. Dans tous les cas, notre priorité absolue, c'est la santé des joueuses et des membres du staff. Nous ne transigerons pas sur ce point !"
 

« La réaction de Thibault Gosselin après la défaite contre Vandoeuvre ».


 

Et dans les autres sports co ?
Le ministère des sports a choisi les championnats professionnels admis à continuer.
En football, la ligue 1 (avec le LOSC et le RC Lens), la ligue 2 (avec Dunkerque et Valenciennes), mais aussi le National (avec Boulogne) ont choisi de jouer à huis clos car ils bénéficient dans ce cas des recettes TV.
C'est plus confus pour les sports en salle. Ainsi, les clubs de basket de Jeep Elite ( BCM Gravelines, ESSM Le Portel) et de ProB (AS Denain Voltaire, Lille MBC) suspendent les matches prévus en novembre car ils refusent de jouer sans public. Seules sont maintenues les rencontres qui doivent être diffusées sur "la Chaine l'Equipe" ou "Sport en France".
Chez les féminines, les trois principaux championnats se poursuivent avec l'ESB Villeneuve- d'Ascq et Le Saint-Amand Hainaut Basket en LFB, ce qui n'arrange pas forcément nos deux clubs. Idem pour la LFB2 et la Nationale masculine 1.
Réunie ce matin en visioconférence, la Ligue nationale de handball a voté la poursuite des championnats de Starligue (avec l'USDK) et de Proligue avec ce communiqué:" en dépit des conséquences économiques désastreuses des huis clos qui mettent sérieusement en péril la pérennité à court terme des clubs professionnels, les acteurs du handball professionnel ont écarté l’hypothèse d’un arrêt des compétitions". Pour la LNH, c'est une question de survie.
Mais Dunkerque, représenté par son président Jean-Pierre Vandaele, a voté contre cette résolution, tout comme Nantes. Aix, Cesson et Chambéry se sont abstenus. Malgré tout,  l'USDK jouera bien les prochains matches, s'ils ne sont pas remis à cause de cas de covid-19 comme cela s'est déjà produit cette saison.
Vendredi dernier, la Ligue féminine de handball avait annoncé que la Ligue Butagaz Energie, avec le HBC Saint-Amand-les-Eaux jouerait les trois prochaines journées, avant une longue trève internationale, ^prévue du 18 novembre au 20 décembre. Par conséquent, les Amandinoises joueront bien à Brest ce soir avant de recevoir Bourg-de-Péage dimanche.
Comme on le voit, ces deux derniers mois de l'année s'annoncent très incertains. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société volley-ball sport confinement