Confinement : A Maubeuge, la colère des moniteurs d'auto-école interdits d'exercer alors que les examens sont maintenus

Les moniteurs d'auto-école ne pourront plus donner de cours de conduite pendant le confinement alors que les examens du permis de conduire seront maintenus. Une aberration pour la profession, qui se mobilise.  
Une vingtaine de moniteurs d'auto-école se sont mobilisés ce matin à Maubeuge et Prouvy en bloquant l'entrée des centres d'examen
Une vingtaine de moniteurs d'auto-école se sont mobilisés ce matin à Maubeuge et Prouvy en bloquant l'entrée des centres d'examen © David Gillo
C'est la douche froide pour les moniteurs d'auto-école qui vont devoir fermer leurs établissements pendant le confinement alors que les centres d'examen, eux, vont pouvoir rester ouverts. Marie-Gautier Melleray, déléguée interministérielle à la Sécurité routière a confirmé leurs craintes ce samedi :
 

"Je vous confirme que l’intention est, par le Décret 2020-1310 du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de Covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, de ne permettre que la tenue des examens et non d’autoriser les écoles de conduite, de proximité ou en ligne, à dispenser durant la période de confinement des cours de conduite."

Marie-Gautier Melleray, déléguée interministérielle à la Sécurité routière

Lors du premier confinement, les écoles de conduite avaient été contraintes de fermer, tout comme les centres d'examen. Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

Des centres d'examen bloqués

Un paradoxe qui passe mal dans la profession. Certains moniteurs montent au créneau comme David Gillo, directeur d'auto-école à Bavay. Il a bloqué, avec une vingtaine de ses confrères, le centre d'examen de Maubeuge ce matin tandis que la même action était menée à Prouvy. 
"C'est ubuesque, on peut présenter des élèves à l'examen mais on ne peut pas les former, c'est les envoyer à l'échec, confie-t-il, en plus, lors d'une leçon de conduite on est deux dans la voiture alors que pendant l'examen on est trois, ce qui augmente le risque sanitaire donc tout ça n'a pas de sens".

Les centres d'examen appartiennent au service public, maitenu lors de ce second confinement. Les auto-écoles, elles, sont considérées comme des services non-essentiels. "En gros le message c'est : la sécurité routière rien à faire, on maintient le service public", ajoute David Gillo, ce qu'on souhaite, c'est clarifier une situation très ambigüe, tout simplement". 

Interrogé sur cette question ce matin sur RTL, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a signifié son souhait qu'un accord soit trouvé avec les auto-écoles avec la mise en place d'un protocole sanitaire qui permettrait la reprise des cours de conduite...
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société automobile économie