Nord : deux frères imaginent une méthode pour apprendre l’anglais en visionnant des films

Deux frères originaires de Berlaimont, et passés par Hollywood, ont mis au point une application pour permettre à l'utilisateur d'apprendre l'anglais en visionnant des films. 

Les deux frères sont originaires de Berlaimont, près de Maubeuge.
Les deux frères sont originaires de Berlaimont, près de Maubeuge. © Clotaire Marmignon

Le Français ne se distingue pas par son niveau en anglais, qui, osons le dire, est catastrophique. Pour preuve un sondage Ipsos pour Forbes de 2019, révèle que 7 Français sur 10 s’estiment mauvais à l’écrit comme à l’oral dans la langue de Shakespeare. Paradoxalement, la France est le pays le plus cinéphile d’Europe, notamment en termes de consommation de productions américaines.

Fort de ce constat, deux jeunes nordistes viennent de lancer une application pour apprendre l’anglais en regardant des films. Après avoir travaillé dans le monde du cinéma aux Etats-Unis, et notamment à Hollywood, deux frères, Corentin et Clotaire Marmignon, originaires de Berlaimont, près de Maubeuge, ont eu l’idée d’utiliser le cinéma anglo-saxon en version originale, sous-titré anglais, comme vecteur de la langue.

"On s’est très vite rendu compte qu’il fallait trouver autre chose que le traditionnel «Repeat again», explique Corentin Marmignon. Notre concept tient en deux mots : l’éducation par le divertissement". E-dutainment est ainsi la première application qui repose sur la ludopédagogie et la gamification (l'utilisation du jeu).

L’idée est vraiment "d'apprendre sans même s’en rendre compte et d’apprendre en s’amusant", poursuit Clotaire Marmignon. Après avoir évalué, à l’aide d’un quizz, son niveau d’anglais l’apprenant choisit parmi une soixantaine de films, celui qu’il souhaite regarder, pour répondre à des questions et effectuer des challenges. "E-dutainment vous offre même la possibilité de convertir vos points d’apprentissage en goodies", précise Corentin. 

Voilà à quoi ressemble l'interface de l'application.
Voilà à quoi ressemble l'interface de l'application. © Clotaire Marmignon

Une exclusivité mondiale

"Nous sommes la première start-up à permettre d’apprendre l’anglais avec des films hollywoodiens, sortis il y a seulement quatre mois dans les salles, assure Corentin. Paramount, Sony pictures, NBC Universal : nous avons tout leurs catalogues. C’est la première fois que les studios américains travaillent avec une entreprise à but pédagogique dans le monde"

Cette exclusivité mondiale a été obtenue par les frères Marmignon grâce à leurs contacts à Hollywood, à l’époque où les deux nordistes travaillaient dans l’industrie du film.

Toutes les études en neurosciences ont démontré l’efficacité de l’apprentissage par la vidéo : la motivation est décuplée et la mémorisation est meilleure : on retient 50% de ce que l’on voit et de ce que l’on entend. "C'est une manière d’apprendre ludique et beaucoup plus facile", promet Corentin.

Les grandes écoles, les universités et les collectivités séduitent ?

Parce qu’ils veulent démocratiser l’apprentissage de l’anglais, Corentin et Clotaire Marmignon ont imaginé leur plateforme d’apprentissage gamifiée (sous forme de jeu), aussi bien pour apprendre l’anglais de tous les jours que pour progresser dans le lexique de son cœur de métier.

"Que ce soit en ingénierie, en journalisme ou encore pour le commerce, nous avons aujourd'hui plusieurs milliers de contenus pédagogiques évoquant des sujets très précis sur un métier ou une industrie. Pour les plus jeunes, des thématiques de société comme la citoyenneté, l'histoire de France, ou encore la découverte de métiers sont également disponibles", précise Clotaire. 

Cet outil agile et hybride à la pédagogie adaptée au cas par cas séduit au-delà des particuliers. Les grandes écoles, les universités, mais également les collectivités l'utilisent, comme récemment à Fourmies (Nord) ou encore à Hautmont (Nord) pour favoriser le retour à l’emploi des administrés. Pour les particuliers, l’application est disponible au prix de 11,99 euros par mois. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
apprentissage éducation société