Meurtre d'Angélique : la femme de David Ramault, le tueur présumé, a “des fantômes dans les yeux”

David Ramault, posant avec sa femme et leurs deux enfants. / © DR
David Ramault, posant avec sa femme et leurs deux enfants. / © DR

La compagne de David Ramault, l'homme qui a avoué la séquestration le viol et le meurtre d'Angélique Six mercredi dernier à Wambrechies, "a dû prendre le maquis social", selon son avocat. "C'est une victime collatérale des faits abominables dont s'est rendu coupable son mari".

Par Thomas Millot

"Elle est arrivée dans mon bureau hier matin, c'était une femme anéantie", raconte ce mercredi Me Hervé Corbanesi, avocat de la compagne du meurtrier et violeur présumé d'Angélique Six, 13 ans, le 25 avril dernier à Wambrechies. "Elle est victime collatérale des faits abominables dont s'est rendu coupable son mari", a-t-il ajouté. Elle s'est d'ailleurs constituée partie civile.

Laeticia, infirmière en maison de retraite âgée de 36 ans, est aujourd'hui en arrêt de travail. "Elle va suivre une thérapie", explique Me Corbanesi. Les deux garçons âgés de 7 et 13 ans qu'elle a eus avec David Ramault vont eux aussi être suivis par des pédopsychiatres. Elle se trouvait en vacances avec ses enfants, lorsque le crime a été commis. 
 
Meutre d'Angélique Six : interview de l'avocat de la compagne du tueur présumé

"Plus un pied à Wambrechies"

Durant le week-end, la maison dans laquelle elle vivait avec le meurtrier présumé d'Angélique et ses enfants à Wambrechies a été caillassée.

L'épouse de David Ramault a porté plainte pour ces dégradations, et pour des menaces et insultes proférées à l'encontre de sa famille, notamment sur les réseaux sociaux. "Il y a eu des actes de vandalisme. Des gens bien pensants ont réussi à forcer le compte Facebook de ce monsieur (David Ramault), de sorte que très rapidement des photos des enfants ont circulé sur le net avec des menaces à l'appui", poursuit l'avocat.
 
La maison de David Ramault, placée sous scellés, a été caillassée. / © France 3
La maison de David Ramault, placée sous scellés, a été caillassée. / © France 3

La maison familiale, placée sous scellés judiciaires, n'est plus accessible à Laeticia et à ses deux enfants. Mais la famille ne devrait plus y habiter, lui étant désormais impossible de subir la pression qui pèse sur elle. "Elle a dû prendre le maquis social, tout simplement. Elle ne peut plus mettre les pieds à Wambrechies", rapporte Me Corbanesi. 
 
La maison du suspect à Wambrechies a été placée sous scellés par la police judiciaire. / © France 3
La maison du suspect à Wambrechies a été placée sous scellés par la police judiciaire. / © France 3


"​Il a minimisé les faits"

Me Hervé Corbanesi ne manque pas de rappeler l'empathie que la femme de David Ramault a pour les parents d'Angélique. "Les premiers mots qu'elle a eus étaient envers les parents de la victime. L'aîné de Laeticia avait le même âge qu'Angélique, ils se connaissaient. Elle se projette évidemment dans la douleur des parents", précise-t-il.

Par rapport aux faits criminels qui sont imputés aujourd'hui à son mari, "tout s'est écroulé autour d'elle, poursuit Me Corbanesi. Rétrospectivement, elle s'est rendu compte qu'elle avait vécu durant 20 ans avec quelqu'un qu'elle ne connaissait pas".
 

Des faits criminels, pour ce qui est du viol, commis en récidive légale par le suspect. David Ramault avait été condamné en 1996 par la cour d'assises du Nord à 9 ans de prison pour "viol avec arme", "attentats à la pudeur aggravés" et "vol avec violence" commis deux ans plus tôt dans la métropole lilloise.

"On se dit qu'ayant vécu une vingtaine d'années avec lui, on ne pouvait ignorer l'homme qu'il était. Or, il n'y a eu aucun signe avant-coureur", explique l'avocat. Pourtant Laeticia avait connaissance du passé judiciaire du tueur présumé d'Angélique. "Il lui a raconté des craques, il a minimisé les faits". N'ayant purgé que 6 années de prison, il lui aurait fait comprendre que ce qui pouvait s'apparenter à une petite peine n'avait rien à voir avec des faits criminels. D'autant plus que ces faits "datent d'il y a 24 ans".

Son mari désormais écroué après avoir avoué la séquestration, le viol et le meurtre d'Angélique Six, Laeticia, "qui a des fantômes dans les yeux", va maintenant "tenter de se reconstruire", avec leurs deux jeunes garçons. 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus