Noyades et accidents en mer, la préfecture maritime rappelle quelques règles de sécurité

En 2021, 59 personnes se sont noyées dans les Hauts-de-France entre mai et septembre. Parmi elles, 17 sont décédées. Pour sensibiliser aux incidents de baignade durant la période estivale, la préfecture maritime de la Manche et de la Mer du Nord lance une campagne de sécurité. Si vous êtes témoin ou victime d'un problème en mer, un numéro à retenir : le 196.

Chaque été, des incidents de baignade ou de sorties en mer se terminent de manière tragique. En 2021, Santé Publique France a recensé 1480 noyades en France dont près d'un tiers ont conduit à un décès. Les Hauts-de-France ont connu 59 noyades dont 17 décès.

La préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord lance une campagne de sécurité pour sensibiliser les personnes qui prévoient d'aller en mer durant l'été, que ce soit pour une simple sortie baignade en famille ou une virée en bateau entre amis.

Le 196 pour prévenir les secours

Le numéro d'urgence à retenir en cas d'incident en mer, que vous soyez victime ou témoin, est le 196 depuis le littoral et le canal 16 de la VHF depuis la mer. Il permet de joindre le CROSS (Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage) le plus proche. En 2022, 819 opérations de sauvetage liées aux loisirs nautiques ont été réalisées par les CROSS de Jobourg (Manche) et Gris-Nez (Pas-de-Calais).

La préfecture maritime souhaite rappeler quelques règles de base pour assurer la sécurité lors d'une baignade : 

  • respecter les zones de baignades surveillées et sécurisées
  • s'assurer d'avoir un niveau de pratique convenable pour nager
  • prévenir ses proches lorsqu'on va se baigner
  • surveiller les enfants en permanence, même s'ils portent des brassards
  • désigner un adulte responsable de la sécurité des enfants

Des drapeaux sont présents sur les zones de baignades surveillées pour informer des conditions. S'il est vert, la baignade est autorisée et sans danger ; orange, le drapeau indique que la baignade est dangereuse, mais reste surveillée, et si le drapeau est rouge, alors la baignade est interdite.

La préfecture pointe du doigt un danger particulièrement présent en Manche et mer du Nord : le risque d'isolement par la marée des baigneurs et des pêcheurs à pied. Durant l'été 2022, 70 opérations étaient liées à des isolements par la marée. Dans les Hauts-de-France, la baie de Somme et la baie d'Authie sont particulièrement concernées par ce risque.

En quelques minutes, un promeneur ou un baigneur peut se faire surprendre par une marée montante. Il peut y avoir jusqu'à 14 mètres de différence entre la marée basse et la marée haute ! C'est pourquoi il est essentiel de se renseigner sur les horaires des marées et leur coefficient avant de s'engager dans ces zones à risque. Le coefficient permet de connaître l'amplitude de la marée : cela varie environ de 20 (peu d'amplitude) à 120 (très grande amplitude).

Il est conseillé de partir en promenade après l'heure de la pleine mer et de quitter le lieu 30 à 60 minutes après l'heure de la marée basse. Les horaires sont disponibles sur le site du Service hydrographique et océanographique de la Marine (Shom).

Informer ses proches et s'équiper 

Ce n'est pas parce qu'on sait naviguer que l'on peut s'exempter d'un rappel annuel des règles de sécurité. 

Avant de prendre la mer, voici les quelques règles à mémoriser : 

  • Se renseigner sur l'endroit dans lequel on va naviguer, la météo et les horaires des marées
  • Contrôler l'équipement de sécurité et avoir des tenues visibles pour les secours
  • Informer une autre personne de son départ en mer
  • Partir, si possible, accompagné
  • Connaître les gestes qui sauvent et les numéros d'urgence à contacter
  • Emporter un moyen de communication
  • S'il y a des enfants à bord, les sensibiliser aux dangers

Il en va de même pour tous les loisirs nautiques même légers (paddle, kitesurf, foil, surf, etc.). Il faut toujours s'assurer d'être en bonne condition physique et d'avoir un entraînement suffisant pour pratiquer. 

Attention aux fausses alertes ! 

Le CROSS est régulièrement appelé pour des signalements qui s'avèrent être des fausses alertes. Il existe des moyens de prévenir cela afin que le CROSS reste disponible pour les dangers réels.

Par exemple, il est nécessaire que tous les usagers d'équipements nautiques préviennent le CROSS lorsqu'ils perdent du matériel en mer et qu'ils le marquent. Ainsi, lorsque cet objet est signalé et retrouvé, le CROSS sait qu'il n'y a pas de victime à rechercher en plus.

Et après avoir veillé à sa propre sécurité, on n'oublie pas de veiller à celle de la flore et de la faune locale. Il est interdit de perturber les phoques et les cétacés. Pour cela, il est recommandé de rester à une distance de 300 mètres minimum et de ne pas les nourrir. 

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité