Démission d'Elisabeth Borne : quelles conséquences pour la région ? Les 3 questions qui se posent à l'heure du remaniement gouvernemental

La nouvelle est tombée, Elisabeth Borne démissionne de sa fonction de Première Ministre. Au gouvernement, l'heure est au remaniement.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Elle devait se rendre dans le Pas-de-Calais ce mardi 9 janvier pour évoquer les solutions à adopter après les inondations, mais le destin en a décidé autrement. Elisabeth Borne a présenté sa lettre de démission au président de la République Emmanuel Macron lundi 8 janvier 2024. "Alors qu'il me faut présenter la démission de mon gouvernement, je voulais vous dire combien j'ai été passionnée par cette mission, guidée par le souci constant, que nous partageons, d'aboutir à des résultats rapides et tangibles pour nos concitoyens", a écrit l'ancienne première ministre dans sa lettre adressée à Emmanuel Macron, relate l'AFP.

Dans une publication sur X, le président de la République félicite son "travail au service de notre Nation" qui a été "chaque jour exemplaire".

Cette démission soulève beaucoup de questions dans les Hauts-de-France, que cela soit pour les personnalités politiques de la région, mais aussi quelques jours après les crues exceptionnelles dans le Pas-de-Calais.

Quid de sa visite dans le Pas-de-Calais ?

Selon l'AFP, Elisabeth Borne était attendue ce mardi 9 janvier dans le Pas-de-Calais "pour évoquer toutes les solutions à mettre en place" suite aux inondations à répétition qui touchent le département depuis le mois de novembre.

Emmanuel Macron lui avait demandé il y a quelques jours "d'agir encore plus vite pour aider les populations sinistrées, les plus précaires et les sans-abri" victimes des inondations dans le département. Néanmoins, depuis l'annonce de sa démission, rien n'est moins sûr que la venue d'un Premier Ministre sur place.

Sera-t-elle remplacée ? Un représentant politique honorera-t-il ce rendez-vous à sa place ? Beaucoup de questions restent en suspens alors que le département est toujours en vigilance orange crue.

Des visages de la région au gouvernement ?

Une question est désormais dans toutes les têtes : qui va succéder à Elisabeth Borne au poste de Premier Ministre ? Aucun nom politique de la région ne semble se distinguer. Les favoris pour Matignon sont le ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse Gabriel Attal, le ministre des Armées Sébastien Lecornu, et l'ancien ministre de l'Agriculture Julien Denormandie.

Cette démission implique donc un remaniement ministériel, c'est-à-dire une modification de la composition du gouvernement. Plusieurs figures politiques des Hauts-de-France pourraient faire leur apparition au gouvernement :

Philippe Amouyel, praticien hospitalier à l'université de Lille. Son nom se murmurait en coulisses au poste de ministre de la Santé durant la pandémie de Covid. Ce professeur de santé publique, directeur général de la Fondation Alzheimer et soutien de la réélection d'Emmanuel Macron pourrait-il prendre la place de Agnès Firmin Le Bodo, actuelle ministre de la santé ?

Violette Spillebout est une figure qui grimpe toujours plus dans les rangs de Renaissance. Cette ancienne directrice de cabinet de Martine Aubry, élue députée en 2022 est une des porte-parole de Renaissance à l'Assemblée Nationale. Signataire de la loi immigration, pourra-t-elle se faire une place dans un nouveau gouvernement ?

Des ministres nordistes sur le départ ?

D'autres pourraient quant à eux quitter le nouveau gouvernement ou voir leurs missions changer.

Gérald Darmanin, fidèle d'Emmanuel Macron de la première heure, il a été dans tous les gouvernements Macron depuis 2017. L'actuel ministre de l'Intérieur devrait rester en poste, mais pourrait voir son portefeuille modifié. Saurait-il se frayer un chemin jusqu'au Ministère des Affaires Etrangères ?

Éric Dupond-Moretti, ancien avocat nordiste et garde des Sceaux, avait réussi à se maintenir lors du remaniement précédant. Néanmoins, il a été poursuivi ces dernières semaines par la Cour de Justice de la République pour prise illégale d'intérêt. Finalement relaxé par la Cour, sa popularité a été fragilisée lors de ce procès.

Patrice Vergriete, maire de Dunkerque et ministre du Logement a fait son apparition au gouvernement lors du dernier remaniement ministériel cet été. Issu de la gauche, il avait exprimé ses doutes face au projet de loi immigration. Il songeait même à démissionner après l'adoption de la loi. Il est finalement resté en poste, mais il attend des arbitrages en sa faveur pour rester au ministère.