VIDÉO. Crise à l'hôpital de Roubaix : certains services "ne fonctionnent qu'avec 50% du personnel"

Plusieurs agents se sont mis en grève pendant une heure, tout en restant disponibles pour les patients.

© FRANCE 3
Ils se sont mis en grève pendant une heure, de 13H à 14H, tout en restant disponibles en cas d'urgence. À Roubaix, le personnel de l'hôpital en crise a marqué le coup en se mobilisant, malgré les récentes annonces de la Ministre de la Santé Agnès Buzyn.

Trois mois après le "plan d'urgence" du gouvernement, les personnels hospitaliers de toute la France ont manifesté vendredi leur amour du service public, mais aussi leur colère, syndicats et collectifs estimant que les mesures annoncées à l'automne ne répondent pas à leurs revendications.

 

"Hôpital en danger"


À Roubaix, une banderole "Hôpital en danger" a été ressortie pour l'occasion, et les grévistes ont poussé la chansonnette – reprenant "Que je t'aime" ou "La Maladie d'amour" avec des textes adaptés à leur amour de l'hôpital public – pour défendre leur métier.
 
Crise à l'hôpital de Roubaix : les urgences “ne fonctionnent qu'avec 50% du personnel” ©France 3 Nord Pas-de-Calais

Il faut dire que l'hôpital de Roubaix est toujours en crise. Postes vacants, arrêts maladie, surmenage... "Ils ne fonctionnent qu'avec 50% du personnel. Ils ont un effectif qui est réduit de par les arrets maladies, qui sont dus à cette surchage de travail", nous explique-t-on. "Les agents n'en peuvent plus."
 
"Tout le monde se plaint du manque d'effectifs, de la surcharge de travail, du manque de repos, des appels intempestifs à domicile..." énumère un membre du personnel.

En visite à l'hôpital de LensAgnès Buzyn avait pourtant annoncé, la semaine dernière, une "nouvelle prime qui démarre en janvier pour les aide-soignantes qui travaillent auprès des personnes âgées, soit dans les services de gériatrie, soit en EHPAD", soit une prime de "100 euros net par mois de plus".

Des mesures qui ne suffisent pas, selon les personnels que nous avons interrogés. Le malaise a atteint un tel point que l'unité hivernale des urgences n'a pas ouvert, cette année.

À Lille, une partie du personnel de l'hôpital Huriez a formé un cœur dans la cour de l'établissement.
 
© GREGORY SMITH
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société social économie