“Zéro déchet”, rentrée politique... Trois questions sur le déplacement d'Edouard Philippe à Roubaix

Le Premier ministre sera en déplacement à Roubaix jeudi 29 août. / © LUDOVIC MARIN / AFP
Le Premier ministre sera en déplacement à Roubaix jeudi 29 août. / © LUDOVIC MARIN / AFP

Le premier déplacement d'Edouard Philippe avant la rentrée scolaire se fera à Roubaix ce jeudi. Une ville pionnière du "zéro déchet" où le Premier ministre compte mettre en avant les ambitions du gouvernement en matière d'écologie.

Par Margot Desmas avec AFP

Edouard Philippe lance sa rentrée politique à Roubaix, jeudi 29 août. En réservant son premier déplacement après les vacances à "un territoire innovant en termes de gestion des déchets", le Premier ministre veut insister sur la thématique écologique, fer de lance de ce nouvel "acte" du quinquennat.

Lors de ce déplacement, Edouard Philippe sera accompagné de la ministre de la Transition écologique et solidaire Élisabeth Borne et sa secrétaire d'État Brune Poirson. Quels enjeux ? Comment Roubaix mise-t-elle sur le "zéro déchet" ? Voici ce qu'il faut savoir sur le premier déplacement politique avant la rentrée scolaire.

 

Pourquoi venir à Roubaix ?


L'ancienne cité textile est devenue une référence en matière de réduction des déchets après avoir entamé une vaste politique de transformation dès 2014. Commerçants, cantines scolaires, crèches, entreprises... De nombreux acteurs se sont investis, permettant à Roubaix de devenir pionnière dans la démarche anti-gaspillage.
 

La ville a notamment lancé le concept de "famille zéro déchet". Gaspiller moins, consommer mieux, acheter moins, réutiliser et réparer : les Roubaisiens inscrits à ce programme bénéficient de conseils, d'ateliers et de conférences avec pour objectif de réduire leurs déchets de moitié en un an. Tourcoing, Bondues ou Marcq-en-Barœul ont déjà emprunté l'idée à leur voisine pour lancer le même programme chez elles.

En consacrant son premier déplacement à Roubaix, le gouvernement veut donc mettre l'accent sur ses politiques en faveur de l'écologie. "On veut montrer qu'on ne lâche pas la balle, qu'on a compris le problème et que ce n'est pas qu'un sujet pré-élections européennes", martèle un conseiller de l'exécutif.

 

L'écologie, thème clé de la rentrée politique ?


Quasiment un an jour pour jour après la démission fracassante de Nicolas Hulot, Edouard Philippe a choisi de recevoir 19 organisations à l'initiative du "Pacte du pouvoir de vivre" mardi 27 août. Parmi invités, on comptait le patron de la CFDT Laurent Berger et l'ancien ministre Hulot. Le premier grand rendez-vous lié à la transition écologique pour ce nouvel "acte" du quinquennat.

Le collectif a mis en exergue "8 mesures d'urgence", comme interdire la location de logements indignes et de passoires énergétiques; évaluer l'impact de toute nouvelle loi sur les 10% les plus pauvres; revaloriser les minima sociaux et les faire évoluer au même rythme que les revenus du travail...
 

Une manière pour l'exécutif d'illustrer un "acte 2" fondé sur "une méthode de travail plus délibérative", selon l'entourage du Premier ministre. "Le mot d'ordre, c'est la constance. Continuer les réformes sans être clivants", appuie-t-on de même source.

Une volonté qui s'illustre aussi par la mise en place d'une convention citoyenne pour le climat avec 150 Français tirés au sort, chargés de réfléchir à de nouvelles solutions écologiques. Voulue par Emmanuel Macron, cette convention qui a débuté lundi 26 août pour s'achever fin septembre est l'une des mesures mises en place après le Grand débat.

 

Quels résultats de la politique "zéro déchet" à Roubaix ?


Roubaix nourrit l'objectif ambitieux de voir 1000 familles passer au mode de vie "zéro déchet", soit près du double d'aujourd'hui. Pour y parvenir, le conseil municipal a voté fin 2018 un doublement du budget alloué à ce projet, passant de 600.000 euros sur trois ans à plus d'un million d'euros, annonçait l'adjoint au maire Alexandre Garcin à La Voix du Nord.
 

Et les résultats sont là selon la Ville, estimant que les foyers qui adhèrent à ce programme réduisent leurs déchets de 47% et font 1.000 euros d'économies par an. Côté commerces, 40 affichent le label "zéro déchet" en mettant en place des actions pour limiter la production de déchets, à la fois dans leurs commerces et pour leurs clients. La municipalité se fixe un objectif de 100 enseignes à atteindre d'ici 2021.

Roubaix essaye également de créer de l'emploi autour de ses ambitions écologiques. En misant sur l'économie circulaire, le but est de favoriser "la création d’emploi local non délocalisable". Pour accompagner les entreprises, la Ville compte notamment créer des synergies entre les acteurs pour leur permettre de se regrouper.

Parmi les figures de proue de ce modèle : Fibr'&Co, atelier d'ébénisterie que les ministres visiteront jeudi. Jeune entreprise implantée à Roubaix, elle conçoit du mobilier à partir de matériaux recyclés et favorise l'insertion des jeunes. "Chacun des jeunes, doit (re)trouver une place et/ou un rôle dans la société, revendique la société. Chacun d’entre eux pourra le cas échéant devenir un ambassadeur d’une démarche qualité sociale, économique et environnementale.".

 

Sur le même sujet

Raymond Froment lance une souscription pour la réfection de l'horloge du clocher

Les + Lus