• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

VIDÉO. Un Nordiste paraplégique s'envole en Chine pour retrouver l'usage de ses jambes grâce à une opération inédite

© DR
© DR

Cet habitant de Saint-Amand-les-Eaux fait partie des douze patients sélectionnés pour un essai clinique.

Par Q.V avec Didier Pithon

Stéphane Meys pourrait bien marcher à nouveau grâce à un traitement unique au monde. Le Nordiste, qui vit à Saint-Amand-les-Eaux, a quitté la France lundi pour rejoindre la Chine, où il va expérimenter un nouveau traitement aux côtés de cinq Français et de six Chinois.

 

"Émus de le voir partir"


"On est un peu émus de le voir partir" confie l'un de ses amis, "et puis en même temps excités parce qu’on se dit qu’il y a de l’espoir, y a de l’espoir de le revoir, si ce n’est debout, au moins avec du mieux."

L'Amandinois, père de trois enfants et qui a perdu l'usage de ses jambes à la suite d'un accident de voiture en 2015, peut compter sur ses amis. Entouré de ces derniers dans un café, quelques jours avant son départ, il assurait que'"dans la vie on a généralement besoin que de gens positifs, mais dans ces moments-là, c’est encore plus vrai."
 
Un Nordiste paraplégique s'envole en Chine pour retrouver l'usage de ses jambes
 

Des cellules souches dans la graisse abdominale


Pourtant tous ne croyaient pas, à l'origine, à ce traitement inédit et presque trop beau pour être vrai. Pour faire simple, des cellules souches vont être prélevées dans de la graisse abdominale et greffée au niveau de la moelle épinière sous forme de "neurogel".

Jusqu'à maintenant, les cellules souches greffées finissaient par dépérir, mais les tests effectués sur des rats, des chiens et des singes ont été concluants : les animaux ont tous retrouvé, de façon plus ou moins poussée, l'usage de leurs jambes.

Les douze patients franco-chinois, paraplégiques ou tétraplégiques, vont donc bénéficier d'un premier essai clinique, avant de passer un an dans un hôpital à alterner traitement et rééducation.

 

Le voyage, le traitement et le logement ont été pris en charge, mais Stéphane Meys, qui a pris une année sabatique de son travail de responsable d'agence bancaire, a lancé un appel aux dons pour lui permettre de vivre là-bas, mais aussi pour faire venir sa famille pendant cette année passée à 8000 km de chez lui.


 

Sur le même sujet

Damien Maupin raconte la naissance de l'Escape game du Château de Picquigny

Les + Lus

Les + Partagés