Salariés polonais à PSA Hordain : "Si chacun se replie sur son égoïsme national, on n'y arrivera pas", estime le Medef

Le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, a estimé ce dimanche que faire travailler des salariés polonais de PSA dans des usines françaises était un "sujet de solidarité européenne", lors d'une émission sur RTL.
 
Geoffroy Roux de Bezieux au ministère du Travail le 13 mars 2020.
Geoffroy Roux de Bezieux au ministère du Travail le 13 mars 2020. © IP3 PRESS/MAXPPP

Le groupe automobile PSA a fait machine arrière samedi sous la pression du gouvernement quant à sa décision de faire venir en France plusieurs centaines d'ouvriers polonais pour renforcer les équipes de son usine d'Hordain, dans le Nord, au détriment d'intérimaires français.

"Je comprends l'émotion que ça a pu susciter (...). Mais c'est un sujet complexe, parce que c'est un sujet de solidarité européenne", a déclaré Geoffroy Roux de Bézieux, le président du Mouvement des entreprises de France (Medef) interrogé dans l'émission Le Grand Jury.

 

 

"Ces salariés-là, ils sont en sous-activité en Pologne et le risque c'est qu'il y ait un plan de licenciement en Pologne", a-t-il expliqué. "Si chacun se replie sur son égoïsme national, on n'y arrivera pas", a-t-il affirmé, en soulignant que le projet de PSA prévoyait de payer les salariés polonais aux salaires français, donc sans dumping social.

"On serait en France, il y aurait une usine en sous-activité à Montbéliard et une usine en suractivité à Hordain, on déplacerait les gens pour trois mois, ça ne poserait pas de problème. Là, c'est parce qu'il y a des frontières entre les deux...", a-t-il développé. "Avoir une solidarité européenne, (...) la question doit se poser parce qu'on
essaie de faire une Europe qui soit à la fois solidaire et aussi harmonisée sur le plan fiscal et social
", a-t-il ajouté.

 

 

Geoffroy Roux de Bézieux a d'ailleurs plaidé en faveur d'un salaire minimum européen. "L'idée du smic européen, qui serait un smic en pourcentage du salaire médian, c'est une idée à laquelle il faut réfléchir", a estimé le président de l'organisation patronale.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
psa économie entreprises automobile