Balthazar, petits marteaux, toupie hollandaise, dans le Nord l'association Wellouëj fait revivre les jeux d’autrefois

Publié le Mis à jour le
Écrit par Mustapha Nezzari

Dans son hangar d’Ennevelin, Jean-Christophe Thieffry, fondateur de l'association Wellouëj, connaît tous les jeux qu'il accumule depuis de nombreuses années. Le Balthazar, les petits marteaux (Hamertjspel en flamand), la toupie hollandaise ou encore le lion des Flandres. Des jeux qui font remonter des souvenirs d'enfance, durant les kermesses de villages ou dans les estaminets.

C’est un hangar qui ressemble à une caverne d’Ali Baba ! Des jeux à perte de vue, de toutes tailles, en bois pour la plupart, alignés sur des étagères.

"Une aventure commencée il y a 25 ans", raconte Jean-Christophe, fondateur de l'association Wellouëj, "j'étais assistant-régisseur au Biplan, une salle de concert  lilloise et nous organisions une fête dans le quartier de Wazemmes. Il y avait de la danse, de la musique et du théâtre, mais pas de jeux. C'est alors qu'avec des amis de la faculté d'Arts, nous avons créé l'association. Depuis, nous avons accumulé plus de 3 000 jeux de la région et du monde".

La chasse aux jeux

Trouver une telle quantité de jeux n’est pas de tout repos ! Jean-Christophe raconte : "Avec mes amis, nous traquons la perle rare dans les braderies, les brocantes et parfois, nous recevons des dons de particuliers. Aujourd’hui, avec les smartphones, c’est plus facile. Le brocanteur envoie la photo du jeu à l’association qui vient le récupérer, si ça vaut le coup, bien sûr !".

Le jeu, un lien social

Aujourd'hui, Wellouëj partage ses locaux avec une autre association, On fait un jeu, et a mis en place un centre de ressources et une ludothèque autour du jeu.

"La maison du jeu est un lieu ouvert où l'on peut jouer en se formant, mais nous avons aussi un lieu d'exposition à Ennevelin et un musée des jeux anciens à la Ferme Galamé à Loon-Plage", ajoute Jean-Christophe.

Depuis la fin du deuxième confinement, l'association a vu ses locations de jeux exploser. "Les gens voulaient passer du temps ensemble, on sentait vraiment qu'ils avaient besoin de ce lien social, toutes générations confondues, une renaissance pour eux. Nous ne sommes pas faits pour être seuls" explique, enthousiaste, Jean-Christophe. "Une cliente avait loué nos jeux pour le soir de noël et en entendant les adultes jouer au salon, les ados sont descendus pour participer. C’était un merveilleux noël d’après elle ! ".

Et pour la petite histoire, "les jeux sont aussi très prisés pour les mariages, ça permet aux familles des nouveaux mariés de mieux se connaître, ça détend l'atmosphère !", ajoute avec le sourire le fondateur de Wellouëj.

Partager le savoir

Chez Wellouëj, on aime aussi les défis. L’association a conclu un partenariat avec la filière menuiserie du lycée de Genech et les élèves ont pu créer et fabriquer des jeux, avec l’objectif de les rendre accessibles à tous les âges.

Jean-Christophe complète : "nous possédons aussi notre propre atelier et il nous arrive parfois de créer des jeux, comme pour cette psychomotricienne pour enfants qui voulait un jeu spécifique au handicap de ses petits malades".

L'association, qui fêtera ses 25 ans en juin, organise aussi des festivals.

Celui de la toupie aura lieu les 5 et 6 février prochains à Loon-Plage.