• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Sécurité routière : nouvelle campagne sur l'annonce de la mort, des gendarmes témoignent

L'annonce de la mort après un accident de la route : des gendarmes témoignent

Une nouvelle campagne de prévention pour la sécurité routière a été lancée. Dans ce film, pas d'images d'accident ni de choc, mais un clip centré sur l'annonce de la mort aux proches des victimes. Dans les Hauts-de-France, des gendarmes témoignent de ces instants dramatiques. 

Par Jeanne Blanquart avec Corinne Péhau

Ce sont des instants difficiles, rarement racontés par ceux qui les vivent, tant la douleur subsiste. La nouvelle campagne de sensibilisation aux dangers de la route a choisi de s'intéresser au moment précis de l'annonce de la mort, après un accident de la route. Un moment difficile pour les familles des victimes, mais aussi pour les gendarmes qui doivent accomplir cette tâche. 

5 minutes de témoignages d'une force incroyable, recueillis par le réalisateur de documentaires Jean-Xavier de Lestrade.

L' Annonce : 5 minutes pour montrer la déflagration d'un accident sur l’entourage


Des mots impossibles

Dans les Hauts-de-France, plusieurs gendarmes ont accepté de nous livrer leur propre témoignage sur ces annonces douloureuses. Patrice Stypuikowski est Adjudant chef à la brigade de Phalempin. Il se souvient de cette nuit où il a du annoncer la mort d'un père à son fils. Le choc de l'instant, couplé à la compassion, spontanée : "La phrase, elle sort, tout doucement. On dit "Voilà, votre papa a été victime d'un accident". Je coupe ma phrase. Il me regarde, il me fixe. Et là je sens qu'il sait où je veux en venir", raconte le gendarme.

Son témoignage complet :

Témoignage de Patrice Stypuikowski, Adjudant chef à la Brigade de Phalempin

A la brigade de Lille, Dany Demetre, Adjudant chef, a toujours la voix qui tremble lorsqu'il évoque cet instant. Après avoir été appelé sur un accident, il a du annoncer la mort d'un jeune homme de 18 ans à sa famille. Des gendarmes étaient d'abord passés en pleine nuit pour annoncer son décès mais les parents ne les avaient pas entendus.

A 5h du matin, Dany Demetre décide d'y retourner. Avec le jeune homme, sa petite amie a elle été gravement blessée. "Lorsqu'il faut aller prévenir les familles, la carapace tombe et là c'est difficile. Vous savez que les gens voudraient ne vous avoir jamais vu", explique-t-il. "Vous aimeriez ne pas être là. Vous auriez préféré que ce soit quelqu'un d'autre. Mais c'est votre travail et vous êtes là. Et ça vous vous en souvenez toute votre vie."

Son témoignage complet :
Témoignage de Dany Demetre, Adjudant chef à la Brigade de Lille


Les Hauts-de-France restent très touchés par les accidents de voiture. Dans le Nord, ils sont moins nombreux mais de plus en plus graves : +2% de personnes décédées en 2016. Dans le Pas de Calais, si le taux de mortalité est stable, le nombre de blessés, lui, augmente de 5%.




Sur le même sujet

Luka Elsner en conférence de presse avant le match de l'ASC face au LOSC

Les + Lus