• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

VIDEO. Découvrez la reprise de “La grenade” de Clara Luciani par le chanteur belge Kùzylarsen

Le chanteur Kùzylarsen reprend "La grenade" de Clara Luciani / © France 3 Hauts-de-France
Le chanteur Kùzylarsen reprend "La grenade" de Clara Luciani / © France 3 Hauts-de-France

Un chat et une mésange, voilà deux créatifs qui chantent la tolérance en reprenant "La Grenade" de Clara Luciani  à l’Institut du Monde Arabe de Tourcoing. Écoutez la pop voyageuse du Belge Kùzylarsen et de sa complice, Alice Vande Voorde.

Par Elise Benoit

Voilà Kùzylarsen, ce chanteur belge qui -après des années à parcourir le Monde- nous chante "La grenade" de Clara Luciani.
 
"La Grenade" version Kùzylarsen
Equipe : Jérôme Dujardin, Stéphane Deboffles, Amandine Maquet, Fabienne Pureur


Quoi de plus évident pour ce grand voyageur et musicien, virtuose de l’oud (cet instrument à cordes pincées répandu dans les pays arabes) que de se perdre dans les couloirs de l’Institut du Monde Arabe de Tourcoing. 

Tout en douceur, deux voix mélangées, deux sons de cordes mixés, une basse et un oud électrique font vivre cette reprise. 

Ici, les deux artistes Kùzylarsen et son invitée, la musicienne Alice Vande Voorde, ont choisi un texte engagé.

Pour Kùzylarsen, "reprendre cette chanson, c’est un jeu de contraste, c’est un texte féministe chanté par un homme, une musique très pop accompagnée du oud. Un instrument qu’on n’a pas tellement l’habitude d‘entendre dans cette musique".

Et toi, qu’est-ce que tu regardes, tu n’as jamais vu une femme qui se bat (paroles "La Grenade").

 
La chanteuse et multi-instrumentiste d'Alice Vande Voorde / © France 3 Hauts-de-France
La chanteuse et multi-instrumentiste d'Alice Vande Voorde / © France 3 Hauts-de-France
 

Et toi, qu’est-ce que tu t’imagines, quelle est aussi vorace, aussi vivante que toi ? Sais-tu que là, sous sa poitrine, une rage sommeille que tu ne soupçonnes pas ? Paroles de "La grenade".

 

Mais qui est Kùzylarsen ? 

Une fois ses études en Belgique terminées, Kùzylarsen prend son talent et part sur la route vivre le Monde pendant dix ans.

Un temps, il s’installe en Tunisie et y découvre un son particulier. C’est celui d’un voisin, un vieil homme qui joue de l’oud tous les soirs sur le pas de sa porte. 

Le voyageur tombe immédiatement amoureux de cette mélodie. 
 
Le chanteur Kùzylarsen / © Olivier Donnet
Le chanteur Kùzylarsen / © Olivier Donnet

À travers le Liban, l' Égypte, la Jordanie, la Turquie ou la Palestine... Kùzylarsen décide de continuer son chemin pour apprendre à jouer de cet instrument et, ainsi, inventer sa propre musique.

Une musique qu’il nous propose dans un premier album sorti en octobre dernier, "Le long de ta douceur". Un CD, un peu pop et parfois rock avec des textes d’une finesse absolue. 

Exemple avec le morceau "L’amour et la guerre", texte du poète iranien du VIIIe siècle Abu Nawas.

Ce sont des mots pacifistes où l’amour est décrit avec délicatesse : "Nous, nous n’avons d’autres arcs que nos mains. Des lys candides sont nos flèches". (Extrait "L'amour et la guerre")
 
"L'amour et la guerre"
Texte de Abu Nawas chanté par Kùzylarsen accompagné d'Alice Vande Voorde
 

Notre guerre est un jeu de bonne compagnie où l’on ne meurt que du plaisir d’amour. Quand nous jouons du luth, d’autres battent tambours et nous, nous avons des fleurs comme cavalerie. extrait de "L'amour et la guerre"


Dans ses dix morceaux, Kùzylarsen chante la liberté, l’amour et la tolérance comme dans l'élégant titre "Mademoiselle Aïcha" : 

"Et dans mon dos, je tire ma casquette à ton père qui à son insu a su t’aider à forger ce caractère."

Cet album de voyage est aussi l'endroit où Kùzylarsen a choisi de nous offrir le regard qu’il porte sur le Monde et sur l’autre. Dans ses paroles, dans ses mélodies et ses silences, on sent les nombreux temps d’observation qui ont dû ponctuer ses moments de voyages. 

On l’imagine boire un café turc à des milliers de kilomètres de sa Bruxelles natale. Il serait dans une gare. Il y griffonnerait deux mots et quelques notes, prémices d’une future chanson sur ces passants d’ailleurs.

Un album où la mémoire, les anciens, les silences, l’amour et la paix sont chantés et où la poésie se mélange aux notes. Un album dans lequel Kùzylarsen  souhaite parler de "l’intime, de douleurs mystérieuses et profondes, de sensualité et d’amour. Le tout dans des arrangements dépouillés, parfois bruts, toujours minimaux".
 

Le Clip « Le château vide »

Vingt mains recouvrent un visage. Puis peu à peu, les mains glissent pour dévoiler une voix : "Tes pas glissés foulent le sol en veillant sur le sommeil des anciens qui dorment sous la pierre d’un château vide", (Extrait "Le château vide"). 
 
"Le château vide", Kùzylarsen 
Un clip réalisé par Simon Vanrie
 

Tes mots s’évanouissent comme caresses effacées et emportent les phrases qui comptent, (Extrait "Le château vide").

 

Les prochaines dates de Kùzylarsen 

 

Le choix de l’Institut du Monde Arabe

 Nous sommes à l’Institut du Monde Arabe, car c’est un lieu cohérent pour moi. Je joue du oud et j’ai beaucoup voyagé dans le monde Arabe. On est là, on va partager ce lieu avec vous. 

 
Kùzylarsen dans l'Institut du Monde Arabe à Tourcoing


L’Institut du Monde Arabe a installé sa succursale du Nord à Tourcoing dans une ancienne école de natation. Un musée qui -avec ses expositions, ses débats et ateliers- montre la richesse et la diversité de création du monde Arabe. 

Dans l’exposition "Pour un musée en Palestine", visible jusqu’au 15 janvier 2019, des artistes contemporains donnent des œuvres afin de constituer un fond et permettre ainsi à la Palestine d’ouvrir son propre musée.

Exemple avec le street artiste Jeff Aérosol : "Ce dont je rêve, c’est de pouvoir voir ces œuvres là-bas."
 
Jeff Aerosol et l'exposition "Pour un musée en Palestine"

 

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Concert : Yolande Bashing à Lille (électro)

Les + Lus