Ascoval à Saint-Saulve : 5 millions d'euros d'aides publiques et une prime aux employés

Une réunion s'est tenue à Bercy, ce vendredi matin. / © AFP
Une réunion s'est tenue à Bercy, ce vendredi matin. / © AFP

Après la réunion de Bercy qui a rassemblé les différents acteurs de l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve, l'État s'est engagé à verser 5 millions d'euros d'aide à l'activité pour une durée d'un an, ainsi qu'une prime mensuelle aux salariés de l'entreprise. 

Par AFP

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a annoncé vendredi que l'Etat apporterait 5 millions d'euros pour "soutenir l'activité du site" de l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve, dans le cadre de l'accord trouvé pour garantir cette activité pendant un an.



Le site a été exclu de la reprise du groupe Ascométal par le sidérurgiste-métallurgiste suisse Schmolz + Bickenbach. "L'Etat a accepté de mettre 5 millions d'euros pour soutenir l'activité du site", a indiqué M. Le Maire à l'issue d'une réunion à Bercy avec des acteurs du dossier (représentants syndicaux, élus, et dirigeants de Schmolz & Bickenbach et de Vallourec, qui détient 40% du site).

"La région, les entreprises (...) vont également contribuer et nous aurons à disposition un fonds de 14 millions d'euros qui garantira aux salariés que si les choses se passent mal dans un délai au-delà d'un an, il y aura les fonds disponibles pour financer un plan spécial dans les meilleures conditions", a-t-il ajouté. Le ministre a toutefois souligné que cela n'était "pas du tout (sa) perspective", affirmant : "Notre perspective, c'est la pérennité du site d'Ascoval à Saint-Saulve. C'est de trouver un repreneur."


Prime d'activité


Après "l'accord entre les entreprises, l'Etat, la région, les salariés", M. Le Maire a assuré que "toute notre énergie va être mise, avec le président de la région Xavier Bertrand, pour trouver un repreneur pour le site". De son côté, M. Bertrand a précisé qu'il y avait "un fonds de 12 millions d'euros et 2 millions qui correspondent à la prime d'activité".

"Le fonds, c'est si demain ça tourne mal, la prime d'activité c'est pour essayer que ça aille mieux", a dit le président de la région Hauts-de-France. Un représentant de l'Intersyndicale, Nacim Bardi (CGT), a indiqué qu'il y aurait "un vote cet après-midi sur le site de Saint-Saulve pour que le plan soit validé par les salariés".

Il s'est déclaré "assez satisfait". Dans l'après-midi, les salariés d'Ascoval ont validé l'accord. Le travail reprendra donc lundi.

Avec l'accord trouvé, "nous avons obtenu la garantie  que, sur l'année qui vient, le site de Saint-Saulve aura des commandes au prix nécessaire pour que l'activité puisse être rentable et que le site reste ouvert", a encore indiqué Bruno Le Maire. "Au-delà de cette année, ce sont les conditions de marché qui reprendront le dessus, mais nous avons désormais une année de garantie", a-t-il poursuivi.


Sur le même sujet

Arleux : à pieds, VTT ou trotinette, le "cani-cross" séduit les amoureux des chiens et du sport

Les + Lus