L'expulsion de l'imam Hassan Iquioussen confirmée par le tribunal administratif

La justice a rejeté, via le tribunal administratif de Paris, la demande d'annulation de l'expulsion de l'imam Hassan Iquioussen qui annonce qu'il fera appel de cette décision.

Le tribunal indique dans un communiqué "rejet(er) la demande de M. Iquioussen visant à l'annulation de la décision d'expulsion prise par le ministre de l'Intérieur le 29 juillet 2022", jugeant que l'imam "a commis des actes répétés de provocation explicite et délibérée à la discrimination, à la haine ou à la violence envers les juifs, les femmes et les non-musulmans".

Ces actes justifient selon le tribunal, "son expulsion, en dépit de ses attaches familiales en France, où il réside depuis sa naissance".

Hassan Iquioussen "respectera la décision du tribunal dont la motivation très à charge ne peut néanmoins manquer d'inquiéter, ne répondant à aucun des arguments soulevés par le requérant, retenant des propos anciens de plus de dix à vingt ans, refusant toute mise en contexte et faisant référence de manière inédite à des notes blanches très sérieusement contestées", a réagi dans une déclaration l'avocate de l'imam, Me Lucie Simon.

Appel

L'avocate a précisé que son client allait faire appel de cette décision. Né en France, Hassan Iquioussen avait décidé à sa majorité de ne pas opter pour la nationalité française. Il affirme y avoir renoncé à 17 ans sous l'influence de son père et avoir ensuite tenté en vain de l'obtenir.

Ses cinq enfants et ses 18 petits-enfants sont français et implantés dans le département du Nord. Hassan Iquioussen peut encore saisir la cour administrative d'appel de Paris, puis le conseil d'Etat, et en dernier recours la Cour européenne des droits de l'Homme.

Avec AFP

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité