Reflux, colliers d'ambre, bisou magique : le pédiatre "To be or not toubib" liste les "fake meds" du quotidien

Nicolas Winter est pédiatre aux urgences de Valenciennes. Sur sa page Facebook, il partage des conseils pour les jeunes parents et surtout il tente de lutter contre les croyances populaires. Son nouveau livre : "Le bisous magique existe t-il ?" ambitionne de séparer le vrai du faux sur les mythes et "fake meds". En attendant sa sortie, en voilà un petit aperçu.

Différencier le vrai du faux, To be or not Toubib en a fait sa marque de fabrique. Sur les réseaux sociaux, ils et elles sont près de 375 000 à le suivre pour ses conseils pédiatriques. De son vrai nom Nicolas Winter, le pédiatre urgentiste à Valencienne âgé de 36 ans marque son retour dans les librairies avec "Le bisous magique existe-t-il ?", illustré par Leslie Plée. Le livre comporte une vingtaine de chapitres qui décortiquent la véracité du "coup de froid" et des "fake meds", des situations que le pédiatre rencontre aux urgences et sur les réseaux sociaux. En attendant sa sortie prévue le 14 mars 2024, il a accepté de livrer quelques secrets en avant-première. Alors, le collier d'ambre et le cheveu étrangleur, mythe ou réalité ?

L'Ostéopathie et l'homéopathie dans le viseur

L'un des chevaux de bataille de Nicolas Winter, ce sont les "fake meds", ou en français "fausses médecines" : "des médecines dites alternatives qui ne reposent sur aucune preuve scientifique comme l'ostéopathie ou l'homéopathie", dénonce le pédiatre.

Les fake meds, ce sont des médecines dites alternatives qui ne reposent sur aucune preuve scientifique comme l'ostéopathie ou l'homéopathie.

Nicolas Winter, pédiatre

Selon le dictionnaire Larousse, l'ostéopathie est une technique de manipulation vertébrale ou musculaire, et l'homéopathie repose sur l'administration de substances fortement diluées pour soigner certains troubles. 

Les deux sont fortement décriées par les communautés scientifiques, "d'autant plus qu'elles ne sont même pas pratiquées par des professionnels de santé", rajoute le pédiatre.

Pourtant, et bien qu'aucune preuve de leur efficacité n'existe "quasiment tous les enfants y passent, se désole-t-il, car les gens pensent souvent consulter des disciplines médicales".

Loin d'être anodines, ces pratiques présentent des dangers selon le médecin : "elles peuvent causer des errances de diagnostic et retarder le passage à un vrai traitement", précise-t-il.

J'ai déjà reçu des parents qui me disent "mon enfant a des reflux il est allé 4 fois chez l'ostéo ça n'a rien changé" : évidemment car parfois le problème c'est juste l'immaturité du système digestif et nerveux de l'enfant, donc il n'y a rien à faire à part attendre

Nicolas Winter

"J'ai déjà reçu des parents qui me disent "mon enfant a des reflux il est allé 4 fois chez l'ostéo ça n'a rien changé" : évidemment car parfois le problème c'est juste l'immaturité du système digestif et nerveux de l'enfant, donc il n'y a rien à faire à part attendre", témoigne le pédiatre. 

Le fait que ces bruits persistent dans les couloirs prouve selon lui que "les soignants ne sont pas épargnés" par ces croyances, et qu'il reste du chemin à faire pour les combattre.

Un collier d'ambre pour le mal de dents ? 

L'un des accessoires phares des premières années des nourrisson, c'est le collier d'ambre. Il est réputé pour soulager les douleurs des bébés qui font leurs dents, parfois même les pleurs et les coliques. 

Pour Nicolas Winter, ces prétendus bienfaits cachent plutôt une terrible réalité : "Une étude des Hôpitaux de Paris a dénombré 30 décès d'enfants par an dus à des strangulations de colliers d'ambre non homologués.", témoigne le pédiatre.

De quoi hérisser les poils à ce professionnel consciencieux :"on voit des enfants arriver avec des bronchiolites, et en plus un collier d'ambre alors qu'ils sont déjà en détresse respiratoires".

Pour le collier d'ambre le verdict est sans appel : c'est un grand non du côté des professionnels de santé, qui ne cessent plus de dénoncer sa dangerosité.

Un bébé à besoins intenses ? 

Votre enfant vous demande beaucoup d'attention et tend souvent les bras pour être porté : si c'était un BABI ? Concept venu des Etats Unis, un BABI pointerait un enfant aux besoins dits "intenses" : hypersensible, forte expressions de ses émotions, besoin de contact insatiable... un bébé très actif qui épuiseraient ses parents.

Pour le docteur : "c'est un concept pas dangereux mais un peu stupide" car comme les adultes "chaque bébé à sa propre personnalité". Un enfant plus demandeur en attention et plus agité ne serait donc le symptôme d'aucune pathologie et ne sera jamais diagnostiqué par un pédiatre.

Aucun risque pour l'enfant d'être mis en danger mais pour autant '"ça reste mettre une étiquette à un enfant qui n'en a pas besoin", termine Nicolas.

Se baigner après avoir mangé ?

Qui ne l'a jamais entendue dans la bouche de ses parents ? "Attention, ne va pas dans l'eau après le repas tu vas faire une hydrocution". Mais risque-t-on vraiment "l'hydrocution", soit un choc thermique qui provoque un risque de noyade, si on va nager juste après un repas ? 

Pour le médecin, cette mise en garde est elle aussi une légende : "c'est surtout un mythe pour que les parents puissent se reposer après le repas, rigole-t-il, mais celui-là, je ne sais pas si c'est un mythe qu'il faut faire disparaître". 

Lorsqu'on est statique pendant longtemps, et que tout à coup on se lève et on plonge dans l'eau froide, en effet on risque le malaise vagal

Nicolas Winter

Néamoins, attention avant de foncer dans l'eau après s'être rempli le ventre et avoir lézardé plusieurs heures sous le soleil : "lorsqu'on est statique pendant longtemps, et que tout à coup on se lève et on plonge dans l'eau froide, en effet on risque le malaise vagal", conclut le pédiatre.

Faut-il avoir peur du cheveu étrangleur ?

Un nom digne d'un film d'horreur qui provoque le rire ou la panique. Le cheveu étrangleur est l'un des phénomènes "que l’on pourrait prendre pour un mythe mais qui n'en est pas un", explique le pédiatre.

"C'est pas du tout une bêtise, précise-t-il, c'est quand un cheveu, souvent celui de la mère, s'enroule autour de l'orteil de l'enfant et en se serrant menace de faire nécroser l'orteil". 

Le phénomène reste rare mais il n'est pas à prendre à la légère, le garrot formé par le cheveu peut mener à l'amputation de l'orteil concerné.

Pour éviter de tomber dans les fausses croyances, le pédiatre recommande de "toujours vérifier d'où vient l'info et qui nous la donne : est-ce que c'est un professionnel de santé qui s'appuie sur des consensus médicaux ?" Et pour repérer un interlocuteur pompeux, le médecin estime qu'un bon réflexe est de se méfier "des gens qui ont réponse à tout". 

Concernant l'efficacité du bisou magique en revanche, c'est un secret bien gardé à découvrir dans l'ouvrage de Nicolas Winter, en librairie le 14 mars 2024. En attendant vous pouvez retrouver ses conseils sur les réseaux sociaux de To be or not Toubib

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité