Témoignage. Endométriose : "j'avais des crises d'angoisse quotidiennes, je n'avais plus vraiment de vie privée"

Publié le Écrit par Patricia Campagne

En plus de cette semaine consacrée à la prévention en Europe, ce jeudi 7 mars marque la journée mondiale contre l'endométriose. En France, une femme sur dix en souffre. Les symptômes peuvent apparaître dès l'adolescence et impacter l'intimité d'une femme et son parcours professionnel.

L'endométriose est une maladie gynécologique inflammatoire, complexe, souvent récidivante et qui génère des douleurs chroniques. On parle d'endométriose quand des cellules de l'endomètre migrent en dehors de la cavité utérine et colonisent d'autres organes. Le point de départ ce sont les règles.

Elle évolue de la puberté à la ménopause. La plupart du temps, l'errance médicale dure des années. Si le diagnostic est si tardif, c'est que l'on banalise encore la douleur chez la femme. Longtemps ignorée par le corps médical, elle reste difficile à vivre quotidiennement pour les personnes qui en sont atteintes. L'endométriose est la première cause d'infertilité chez les femmes. Vivre avec cette maladie, c'est vivre avec des douleurs durant, mais aussi en dehors de la menstruation, comme des coups d'épée dans le bas-ventre.

Accusées d'exagérer, voire d'inventer leurs douleurs, à bout de forces, désemparées, il n'est pas rare que les patientes sombrent dans la dépression. C'est le cas de Jocelyne Lebègue que nous avons rencontré.

Un diagnostic tardif

Cela a commencé par des règles douloureuses. Mais elle a attendu d'avoir quarante-deux ans pour enfin connaître le diagnostic : l'endométriose. "En 2014, les douleurs sont devenues quotidiennes, donc là, je me suis inquiétée, confie-t-elle. J'ai eu mal tous les jours du mois. J’éprouvais des douleurs vraiment fortes au niveau du bas-ventre. J'ai consulté mon médecin, j'ai passé une échographie, et là, j'ai vu ce terme : endométriose. Comment arriver à 42 ans, et ne jamais entendre parler d'une maladie qui touche 1 femme sur 10 ? C'était surréaliste."

Tout était douloureux, je n'ai pas cherché à construire une vie de couple.

Jocelyne Lebègue

Atteinte d'endométriose

Sa vie sociale s'en est retrouvée perturbée. "J'étais déprimée, je me suis renfermée sur moi. Je n'avais pas forcément envie de voir du monde. J'avais des crises d'angoisse quotidiennes, je n'avais plus vraiment de vie privée. J'ai sans doute mis des freins par rapport à cela. Je n'ai pas cherché à construire une vie de couple."

Professionnellement, la situation était compliquée à vivre : "Je passais mes journées en essayant d'appuyer mon ventre contre la table pour essayer de canaliser la douleur. Lors de cette période, j'ai eu plusieurs patrons qui ont été bienveillants, mais il y a beaucoup de femmes qui ne sont pas en état d'aller travailler dans ces cas-là", reconnaît-elle.

Maladie inflammatoire

Jocelyne a vécu deux ans et demi ainsi, jusqu’à trouver une pilule qui la soulage efficacement. La maladie est présente : "Aujourd'hui, j'ai des douleurs en période de stress. Comme c'est une maladie inflammatoire, l'alimentation peut jouer. Si je me fais plaisir, par exemple, avec des plats en crème, je vais souffrir pendant cinq jours, mais de façon générale, j'ai tout retrouvé : le goût de vivre, la joie de vivre."

À juste titre, le site endofrance.org rappelle, qu'il n'existe pas une, mais, des endométrioses. Chaque patiente est unique et réagit différemment aux traitements, qu'ils soient médicamenteux, chirurgicaux.

Un sujet tabou

L'endométriose est-elle un tabou ? "Je le pense, oui, d'origine gynécologique, on a peur d'être jugée ou de montrer sa vulnérabilité. Oui, cela reste encore tabou", confirme-t-elle.

durée de la vidéo : 00h02mn33s
20éme semaine européenne de prévention et d'information sur l'endométriose du 04 au 10 mars. Pour cette occasion, Jocelyne Lebègue nous livre son combat. ©M. Schelcher / S. Bruhier / FTV

Depuis deux ans, l'employeur de Jocelyne propose des aménagements à ces salariées souffrant d'endométriose. Non inscrite aux affections longue durée, ils sont encore très peu nombreux à le faire.

Le dimanche 17 mars 2024, à 09h30, la clinique du Bois organise une marche contre l'endométriose. Le rendez-vous est donné sur le parking de l'hippodrome de Marcq-en-Baroeul. Pour participer à cette marche de 5 kilomètres, il est recommandé de s'inscrire à l'adresse suivante : endolille@gmail.com.

Avec Myriam Schelcher / FTV

Qu’avez-vous pensé de ce témoignage ?
Cela pourrait vous intéresser :
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Hauts-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité