A Valenciennes, l'usine Soufflet Alimentaire espère reprendre une partie de sa production dès la semaine prochaine

Cette usine de transformation de céréales de Valenciennes a été victime d'un incendie dans la nuit du 21 au 22 février / © France 3
Cette usine de transformation de céréales de Valenciennes a été victime d'un incendie dans la nuit du 21 au 22 février / © France 3

Fortement endommagée par un incendie il y a 5 jours, l'usine de transformation de céréales Soufflet Alimentaire compte reprendre progressivement son activité dès la semaine prochaine. Elle emploie 240 salariés.

Par MS avec Yann Fossurier

Des fumées se dégagent encore de l'usine Soufflet Alimentaire de Valenciennes. Touchée par un incendie dans la nuit du vendredi 21 au samedi 22 février, des matières végétales continuent de s'y consumer dans l'entrepôt sinistré. Le déblaiement des décombres se poursuit.

"Notre entrepôt de produits finis qui est à 100 mètres de celui qui a brûlé n’a pas été touché, donc on continue de charger de la marchandise", positive Thierry Liévin, directeur général de Soufflet Alimentaire. "Mais le stock va diminuer, donc il faut qu’on puisse reproduire", ajoute-t-il.

 

Le directeur espère remettre une partie des instllations en route dès la semaine prochaine. "Dès mercredi notre moulin pour la farine de riz et la farine de légumes secs. J’espère ensuite pouvoir remettre en route le gros de l’atelier de conditionnement à partir de mi-mars", détaille-t-il.


240 salariés concernés 


Devant l'usine, Cédric Dubois est venu aux nouvelles, comme chaque jour. Employé au conditionnement, il était présent au moment du sinistre : "On est très soudés, on se soutient les uns les autres. On a aussi une aide avec un psychologue", explique celui qui espère retrouver bientôt son emploi.

Sur les 240 salariés au total, la direction de Soufflet Alimentaire compte pouvoir remettre la moitié de l'effectif au travail dès la semaine prochaine. "Aujourd'hui, les salariés qui ne peuvent pas travailler sont en congés. La semaine prochaine, certains pourront reprendre leur poste sur la partie poches micro-ondables et sur la partie moulin".
La direction compte aussi sur les formations pour éviter autant que possible le chômage partiel. 

Quant aux causes de l'incendie, les experts intervenus sur place n'ont pas encore livré leurs conclusions. 

 
Valenciennes : le point à l'usine Soufflet Alimentaire cinq jours après l'incendie
► Reportage Y. Fossurier / B. Théry / F. Cardoën
 

Sur le même sujet

Les + Lus