VIDÉO. Coronavirus : le marché de Wazemmes à Lille à l'épreuve de la pandémie

Les marchés font partie des rares commerces à continuer de fonctionner pendant l'épidémie de coronavirus. À Lille, l'emblématique marché de Wazemmes a eu lieu aujourd'hui comme tous les dimanches dans une ambiance bien différente des week-ends habituels. 

Un mètre entre les clients, pas plus de cinq minutes par personne et par étal... Le marché de Wazemmes de ce dimanche 22 mars n'avait rien à voir avec les semaines précédentes. Habituellement, 40 000 personnes déambulent autour des 500 stands du marché. Aujourd'hui, seuls 37 commerçants avaient fait le déplacement, tous espacés d'une dizaine de mètres. 
 



L'heure n'est ni à la ballade ni aux retrouvailles entre copains. "Malheureusement, on n'est plus dans le shopping, on n'est plus dans l'achat plaisir, on est simplement pour descendre de chez soi, faire ses courses et remonter", constate Franck Hanoh qui s'occupe des marchés à la mairie de Lille. Les entrées du marché, habituellement libres, sont filtrées : chaque client doit présenter son justificatif de déplacement. 
 
 


À Amiens ou à Lille, les commerçants s'interrogent sur leur présence au marché


Même organisation pour les commerçants et les clients au marché du Colvert à Amiens (Somme). Devant une clientèle clairsemée, Sylvain Didier, apiculteur, s'interroge : "Si c'est pour aussi peu de monde ça ne sert à rien que je vienne. Maintenant, je vais venir toutes les deux ou trois semaines.

"On a des familles, on a peur aussi. Si on pouvait rester chez nous et avoir un peu d'aides de la chambre du commerce, ce serait bien", renchérit Salim Douadi, primeur, sur un autre stand. 

À Lille comme Amiens, des bilans seront tirés sur la tenue de ce marché dominical en temps de confinement... Sauf si la décision de les suspendre arrive d'en haut entre temps. 

 
Les halles de Wazemmes modifient aussi leur fonctionnement à cause du coronavirus
Wazemmes est connu pour son marché dominical mais les halles alimentaires sont ouvertes toute la semaine sur la même place. A l'heure de l'épidémie, les halles sont également sous surveillance.

Des agents municipaux sont postés à l’entrée du lieu pour comptabiliser les clients à l’aide de petits boitiers : 78 clients maximum peuvent faire leurs courses en même temps dans les halles. 

À l’intérieur, les commerçants s’organisent au fil des jours : "On a mis en place des distances de sécurité dans le magasin avec des consignes strictes. Nous mettons à disposition de nos clients de quoi se désinfecter les mains. Nous avons aussi installé des cageots devant l’étal pour que personne ne touche les légumes que nous leur servons en échangeant un carton pour qu'il y ait le moins de contact possible. Nous les invitons à payer en carte bleue avec le « sans contact » et nous désinfectons systématiquement les terminaux et claviers numériques", détaille Frédéric Toursel, de la coopérative Biocoop Ver’tige. 

Des mesures qui semblent rassurer les clients venus s'approvisionner en légumes, produits frais et autres articles d'épicerie. 

 
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité