Déconfinement : quand et comment les cinémas vont-ils rouvrir ?

Depuis le 14 mars, les 65 cinémas du Nord et du Pas-de-Calais sont fermés. Alors que le déconfinement est engagé depuis le 11 mai, quand les cinémas vont-ils pouvoir rouvrir ? Et dans quelles conditions ?

Exemple d'un cinéma à Kyoto, au Japon, le 23 mai 2020.
Exemple d'un cinéma à Kyoto, au Japon, le 23 mai 2020. © Kyodo/MAXPPP
Depuis le 11 mai, la France se déconfine progressivement mais les cinémas, comme la majorité des lieux culturels, restent pour l’heure fermés. L’attente, longue pour les cinéphiles de la première heure, l’est encore plus pour les directeurs d’établissements qui ont parfois du mal à comprendre cette situation.

Laurent Coët exploite la petite salle de 140 places du Régency, le seul cinéma de Saint-Pol-sur-Ternoise. "On rouvre les centres commerciaux dans une région classée rouge alors que ma petite salle de 140 places n’est pas autorisée à rouvrir ?, se questionne-t-il. Il faut être cohérent."
 
Comme les 65 autres cinémas du Nord Pas-de-Calais, le Régency est fermé depuis plus de 70 jours. Un cinéma en hibernation, comme le décrit son directeur. Laurent Coët est également vice-président de la Chambre Syndicale des Exploitants de la région Nord Pas-de-Calais. "Pour la première fois, c’est le seul moment où il n’y a pas vraiment de différence. Que ce soit mon cinéma de 140 places ou le Kinépolis de Lomme, qui est le deuxième plus grand cinéma de France (…), on est tous dans la même expectative de savoir à quelle sauce on va être mangé."
 

Objectif juillet


Car les annonces se font attendre. La culture serait-elle la grande oubliée de cette crise sanitaire ? "Nous avons été très peinés, même frustrés du manque de culture dans les discours politiques, résume Laurent Coët. À ce jour, personne ne sait quelle va être la date de réouverture, quelles vont être les conditions sanitaires d’accueil du public…"

Des questions qui pourraient trouver des réponses dans les prochains jours. En effet, le ministre de la culture Franck Riester, dans un entretien accordé au Film Français, exprime son souhait d’une réouverture des salles début juillet partout sur le territoire, si les conditions sanitaires le permettent. Une perspective qui semble faire consensus dans la profession. "Notre piste de travail, c’est juillet parce qu’on aura une période de réadaptation de 3 à 4 mois. Plus la réouverture va intervenir tard, plus ça va être compliqué" prévient Laurent Coët.
 
Mais alors, pourquoi attendre juillet et ne pas rouvrir dès le 2 juin ? "La mise en hibernation a été très rapide, le redémarrage sera plus long : il va falloir trouver des films et s’adapter aux normes sanitaires." Laurent Coët estime ainsi à 4 semaines environ le temps nécessaire pour rouvrir dans de bonnes conditions.
 

Des masques pour tous ?


Quel protocole sanitaire mettre en place pour retourner en cinéma tout en gardant la convivialité du lieu ? C’est là toute la question. Le ministre de la Culture précise dans son interview au Film Français qu’"un guide pratique est en cours de finalisation, issu du travail entre les organisations syndicales et les représentants professionnels." Lavage de mains ? Condamnation d’un siège sur deux ? Port du masques obligatoire ? Toutes ces pistes sont sur la table.

"L’objet de l’équation : garantir la sécurité des spectateurs et garder cet espèce de convivialité propre aux cinémas. C’est un savant mélange" reconnait Laurent Coët. Après plusieurs visioconférences avec les exploitants de la région, condamner un fauteuil sur deux ne semble pas être l’option retenue : "On va plutôt grouper les commandes en laissant des fauteuils libres. J’achète deux places, elles seront collées et il y aura un fauteuil vide de chaque côté." Les directeurs d’établissements espèrent aussi adapter leurs systèmes informatiques pour généraliser l’achat des places numérotées sur internet, comme le fait déjà le groupe Gaumont Pathé à Calais ou Liévin.

Systématiser le port du masque dans les cinémas serait toutefois surprenant, alors qu’il est pour l’heure simplement obligatoire dans les transports en commun. "Ce qui dictera notre obligation, c’est la doctrine. Si les ministères nous demandent le port du masque, on le demandera", conclut Laurent Coët.
 
Des cinémas sont-ils en danger dans la région ?
D’après la Chambre Syndicale des Exploitants du Nord Pas-de-Calais, aucun cinéma n’est en péril pour l’heure, même si les loyers posent problèmes au cinémas indépendants gérés par des particuliers, comme au Touquet ou à Saint-Omer.

En effet, beaucoup de petites salles municipales ou associatives sont hébergées à titre gracieux par les municipalités. Quant aux gros complexes, ils sont dans un rapport de force favorable face aux bailleurs et peuvent donc plus facilement négocier.
De plus, les cinémas bénéficier des aides d’état débloquées dans le cadre de la crise sanitaire.

Néanmoins, les craintes des exploitants concernent la reprise. "Lorsque les charges vont revenir à 100% ou presque, comment va-t-on faire face à une diminution du public ?" se demande Laurent Coët. Il prévoit une diminution des recettes de moitié.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cinéma culture déconfinement société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter