François Fillon : ceux qui le lâchent, ceux qui le soutiennent dans le Nord et le Pas-de-Calais

Publié le Mis à jour le
Écrit par France 3 Nord Pas-de-Calais web

Les grands élus Les Républicains du Nord et du Pas-de-Calais continuent-ils à soutenir le candidat François Fillon pour la présidentielle malgré sa possible mise en examen ? Petite revue d'effectifs (liste non exhaustive et mise à jour régulièrement).

Sébastien Huyghe

Le député du Nord, sarkozyste, est le premier grand élu à avoir "lâché" clairement François Fillon dès mercredi soir. Dans un message publié sur Twitter, il écrit : "On ne peut pas dire "les yeux dans les yeux" aux Français qu'on se retirera en cas de mise en examen et faire le contraire aujourd'hui". François Fillon "doit" se retirer, martèle depuis Sébastien Huyghe.

Sébastien Leprêtre

Le maire de La Madeleine est un soutien de Fillon depuis le début de la primaire. Un des rares d'ailleurs dans la région. Sans surprise, il n'a pas changé d'avis.

Marc-Philippe Daubresse

Le député LR du Lambersart, ancien soutien de Sarkozy, persiste à soutenir le candidat de son camp. 

Bernard Gérard

Le député-maire de Marcq-en-Baroeul est sur la même longueur d'ondes que son voisin de Lambersart. Il dit dans La Voix du Nord soutenir «  totalement la candidature et le programme de François Fillon. J’ai l’impression que nous n’avons pas le droit de faire campagne dans cette présidentielle, regrette-t-il. Il faut reparler du programme, des perspectives que nous voulons pour notre jeunesse, de la paix dans le monde...  »

François Decoster

Le maire de Saint-Omer a décidé de retirer son soutien à François Fillon. Dans un communiqué, il explique : "En politique, les mots et les engagements ont un sens. La parole politique est un acte vis-à-vis des citoyens. C’est la raison pour laquelle aujourd’hui, et suite aux déclarations de François Fillon, je soutiens pleinement Bruno Le Maire dans sa démarche." Référence au fait que dans l'après-midi, Bruno Le Maire a décidé de démissionner de l'équipe de campagne de François Fillon. 

Xavier Bertrand

Le président de la région Hauts-de-France n'a rien tweeté ou dit de particulier. Officiellement, sur son agenda, figurent toujours des mettings de soutien à Fillon. Mais ce jeudi soir, il a réuni les élus de la région, en urgence, pour "adopter une position commune". Sa prise de position est évidemment très attendue.

Gérald Darmanin

«  Jusqu’à présent, ce sont les socialistes qui faisaient monter le Front National, maintenant c’est nous. J’ai honte de ma droite.  »  Le maire de Tourcoing, ancien soutien de Nicolas Sarkozy, proche de Xavier Bertrand parle-t-il de François Fillon dans ce message publié sur Twitter ? Oui, a-t-il répondu à La Voix du Nord : « J’ai du respect pour François Fillon, pour l’homme, mais il doit prendre conscience que les Français ne l’écoutent plus, ne l’entendent plus. (...) J’ai toujours été loyal, je l’ai même accueilli dans ma commune au moment même où personne ne voulait l’accueillir (le 17 février). Mais si on continue la confusion de la campagne électorale, il n’y aura pas de débat de fond, et le prochain président n’aura pas de mandat clair."

Valérie Létard - Olivier Henno

Valérie Létard, sénatrice du Nord et Olivier Henno, le maire de Saint-André sont allés un peu plus loin que l'UDI au plan national (qui a suspendu sa participation à la campagne) en demandant à François Fillon de se retirer. 

Olivier Henno demande à Alain Juppé de se préparer

Franck Dhersin

Le Maire LR de Téteghem a décidé de donner son parrainage à Alain Juppé. «  J’ai été un militant obéissant et discipliné après la primaire. Même si j’ai toujours trouvé François Fillon trop conservateur et libéral à mon goût, je respectais la règle du parti. Mais là, c’est trop, la situation est intenable", explique-t-il à La Voix du Nord.

Vincent Ledoux

Le député-maire LR de Roncq (Nord), soutien de Nicolas Sarkozy pendant la primaire, estime sur Twitter que "notre modèle républicain est menacé, l'unité de la droite est une priorité" et que "François Fillon doit prendre en conscience ses responsabilités". 

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité