Cet article date de plus de 4 ans

Calais : la justice saisie en urgence sur la distribution de repas aux migrants

Plusieurs associations ont saisi la justice en urgence lundi soir pour obtenir l'annulation d'un arrêté de la mairie de Calais entravant la distribution aux migrants, a indiqué Médecins du Monde.
Avec cet arrêté, la distribution de repas devient compliquée.
Avec cet arrêté, la distribution de repas devient compliquée. © MAXPPP
Un "référé liberté" a été déposé devant le tribunal administratif de Lille au nom de la "liberté d'aller et venir et de manifester" et sur le "fondement de la dignité de la personne humaine" par dix associations dont le Gisti, le Secours catholique, l'Auberge des migrants, la Ligue des droits de l'Homme et Utopia 56 notamment, a indiqué Loïc Blanchard, responsable des question juridiques chez MdM.



L'audience se déroulera jeudi à 14h à Lille. Dans le viseur des associations se trouve l'arrêté de la commune de Calais qui, s'il ne vise pas explicitement les distributions, interdit de fait "tout rassemblement sur la voie publique à certains endroits" et "typiquement ceux où on faisait de la distribution de nourriture", a-t-il ajouté. Selon le responsable de Médecins du monde, l'arrêté ne peut tenir car "il n'y a pas eu d'atteinte à l'ordre public".

De plus une interdiction d'aller et venir ne peut être prise que "si elle est limitée dans le temps", ce qui n'est pas le cas de l'arrêté, a-t-il ajouté. Enfin, il y a pour lui "une atteinte au principe de dignité de la personne humaine" née de l'interdiction faite de nourrir des personnes dans une situation de "précarité absolue" et qui se trouvent "dans situation bien pire qu'à l'époque de la Jungle", a affirmé M. Blanchard.



L'Auberge des migrants, qui confectionne quotidiennement quelque 400 repas chauds distribués sur Calais, estime à environ 400 le nombre de migrants de retour aux alentours de la cité portuaire.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
migrants à calais société immigration migrants justice