• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Incendie de Notre-Dame de Paris : la Picardie, riche de ses cathédrales

La cathédrale d'Amiens a accueilli plus de 600 000 visiteurs en 2017 / © Pierre HECKLER - Maxppp
La cathédrale d'Amiens a accueilli plus de 600 000 visiteurs en 2017 / © Pierre HECKLER - Maxppp

Ce lundi 15 avril 2019, Paris a assisté à la souffrance de sa cathédrale, en proie aux flammes. Au réveil, l'émotion est vive pour tous les Français. Une tristesse en particulier partagée en Picardie, terre de cathédrales.

Par AP


Noyon, Senlis, Soissons, Amiens, Laon et Beauvais : la Picardie est riche de ses cathédrales. Notre région possède des édifices anciens dans ses trois départements. Témoins de l'Histoire, trésors du patrimoine : où et quels sont-ils ? 
 
 
  • Amiens, trésor de l'Unesco 

Elle deviendra un exemple, l'archétype du style gothique classique. Edifiée au XIIe sicèle puis reconstruite entre 1220 et 1270 sur les plans de Robert de Luzarches, Notre-Dame d'Amiens est inscrite en 1981 au patrimoine mondiale de l'Unesco pour son architecture et son mobilier remarquables, une récompense symbole de sa majestuosité. Ses volumes intérieurs en font la plus vaste cathédrale de France. Avec une hauteur sous voûte de 42,30 mètres, la vielle dame offre une vue imprenable sur la capitale historique de la Picardie. Sa longueur aussi, 145 mètres, impressionne les nombreux badauds qu'elle attire chaque année. En 2017, 600 000 visiteurs lui ont rendu visite. 
Une cathédrale bien conservée, grâce aux nombreuses restaurations dont elle a fait l'objet : 

​​​​​​
  • Noyon, édifiée en 1145

Elle n'a pas la réputation de sa cousine parisienne, mais atteste de plus d'années d'ancienneté, et d'événements historiques... Notre-Dame de Noyon, édifiée à partir de 1145, est la deuxième cathédrale gothique bâtie en France, après sa voisine de Sens. Au cœur d'une petit cité paisible de l'Oise, c'est ici que Hugues Capet et Charlemagne ont reçu leurs couronnes respectives. Un autre nom de prestige y est associé, celui d'Auguste Rodin. Pour le sculpteur, elle était "la plus harmonieuse de toutes des cathédrales".

Haute de 66 mètres, longue de 103 mètres, ses voûtes culminent à 23 mètres. L'architecture de son transept lui vaut sa renommée. Mais la cathédrale a subi les affres du temps, victime de la Révolution entre autres. Si elle a gardé son aspect originel, de ses vitraux, peintures et scultpures, il ne reste plus beaucoup de traces. Notre-Dame renferme encore, toutefois, du mobilier d'époque médiévale.
 
  • Beauvais, plus haut chœur gothique au monde 

Moins visitée que Notre-Dame d'Amiens, Saint-Pierre n'en reste pas moins très connue. Son chœur gothique, de 48,50 mètres, est le plus haut du monde. La cathédrale catholique romaine impressionne par ses dimensions. Pourtant, les ambitions architecturales de ses débuts lui valent sa fragilité de toujours. Dès 1284, soixante ans à peine les premiers travaux, les voûtes du chœur s'éffondrent. Trois siècles plus tard, sa flèche à peine achevée cède à son tour. Il n'en reste pas moins que Saint-Pierre a tenu bon, et renferme aujourd'hui des trésors du patrimoine. Outre la structure en elle-même, la cathédrale abrite notament une horloge à carillons du XIVe siècle, et une horloge astronomique de 1865, ainsi que des vitraux, et une série de tapisseries du XVe siècle.
 
 
  • Senlis : témoin de l'évolution du style gothique 

Edifiée sur l’emplacement de sanctuaires plus anciens, la cathédrale de Senlis évolue au cours des siècles avec le style gothique. Ses travaux débutés en 1151 s'étalent dans le temps, la construction s'achève en 1560 par la facçade nord. L'incendie en 1504 contraint en effet l'Eglise à reconstruire l'édifice religieux. Sa décoration hérite alors du style gothique flamboyant. Très modeste par ses dimensions (76 mètres de longueur extérieure, 24 mètres sous voûte), Senlis devient ainsi un exemple architectural. Il acccueillera, en outre, l’ancien évêché de Senlis jusqu'en 1801. 
 
  • Soissons, abîmée mais résistante 

Notre-Dame de Soissons, dont les travaux ont a priori démarré en 1176, n'est pas la première cathédrale de Soissons. La première date de 646. Sa construction datant du XIIe siècle, son architecture résulte de la recontre du gothique primitif et du gothique classique. L'édifice, inspiré de sa voisine de Noyon, a été modifié au gré des rénovations. Toujours debout, le temps ne l'a pourtant pas épargné. Abîmée par les guerres de religions, puis la Révolution, et surtout, la Première Guerre mondiale, Saint-Gervais-et-Saint-Protais de Soissons a depuis pansé ses plaies pour continuer de faire rayonner la ville de l'Aisne. Parmi ses particularités, son chœur long de 35 mètres. 
 
  • Laon, seul exemple de style gothique primitif.

La cathédrale de Laon est connue pour être l'un des premiers édifices majeurs de style gothique en France, la seule en Picardie. Jamais remaniée, elle côtoie depuis bientôt neuf siècles les Laonnois dans la ville haute. Son édification commence en 1155, en lieu et place d'une première cathédrale carolingienne puis d'une cathédrale romane détruite par un incendie en 1122. Elle fut terminée en 1235. Haute de 110,5 mètres, elle possède cinq tours : sept étaient initialement prévues.
 


 

Sur le même sujet

Grand format : portrait de Rudy Bouquet

Les + Lus