La tour Eiffel de Beauvais, vieille de plus d'un siècle et "point de rencontre" des habitants, a été rachetée aux enchères par la ville

Dans l'Oise, la tour Eiffel de Beauvais a été vendue aux enchères samedi 20 novembre. C'est la mairie qui a acquis cette réplique de 4 mètres de haut. Une véritable institution les certains habitants des quartiers Marissel et Voisinlieu.

C'est acté, la tour Eiffel restera bien à Beauvais. Non pas la vraie, mais bien une réplique achetée aux enchères par la mairie samedi 20 novembre.

La dame de fer, haute de 4 mètres de haut, est une véritable institution pour les habitants des quartiers Marissel et Voisinlieu. Ici, personne n'imaginait la voir ailleurs. "Je la connais depuis que je suis tout petit puisque tous les dimanches je passais devant le café de la tour Eiffel", confie un habitant. "C'était un symbole de Beauvais avant la destruction de la ville", ajoute un autre résident du quartier.

"On se disait rendez-vous à la tour Eiffel"

La petite tour et Beauvais c'est d'abord une histoire de cafés et de quartiers. Selon Louis Sosten, historien, c'est un cafetier du quartier Marissel à Beauvais qui aurait commandé la réplique pour inaugurer sa guinguette. Ironie du sort, son constructeur s'appellerait aussi Gustave. "Gustave Philippe, qui était maréchal-ferrant, était son voisin, c'est donc sûrement lui qui a construit cette tour Eiffel à la fin du XIXe siècle", indique-t-il.

D'après l'historien, la tour Eiffel a ensuite été rachetée dans les années 20. "Elle a été complètement restaurée par le propriétaire d'un café qui a décidé de le baptiser : la Tour Eiffel." En 1924, elle change donc de quartier, direction Voisinlieu. "Depuis tout ce temps, ce fut un point de rencontre, un point de ralliement, un point de joie et de fête", témoigne Louis Sosten. "Lorsqu'on se donnait rendez-vous, on se disait rendez-vous à la tour Eiffel", enchérit un habitant du quartier. 

Vendue pour 6800 euros

Samedi 20 novembre, la mise à prix de ce monument atypique est de 1500 euros. Les enchères grimpent vite et les collectionneurs sont de la partie. La ville de Beauvais remporte finalement la vente pour 6800 euros. "Ça les valait parce que c'est quelque chose qui appartient quand même au patrimoine des Beauvaisiens, même si ce sont  les plus anciens qui s'en souviennent", affirme Jacques Doridam, conseiller municipal. 

Oxydée par endroits, la ville a déjà prévu de lui refaire une beauté pour être présentée aux Beauvaisiens à l'occasion des fêtes de Noël. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
insolite patrimoine culture histoire