Le ministère de l’écologie diligente une inspection de l'usine Spontex de Beauvais

L'usine Spontex de Beauvais, en août 2019. / © Romane Idres / FTV
L'usine Spontex de Beauvais, en août 2019. / © Romane Idres / FTV

Vendredi 6 septembre, les dirigeants de Spontex étaient convoqués au ministère de la transition écologique suite à des épisodes de pollution du cours d’eau attenant à l’usine beauvaisienne. Une inspection du site sera menée lundi 9 septembre.

Par MCP


Après plus d'une heure de réunion au ministère de la transition écologique avec les dirigeants de l'usine, Emmanuelle Wargon, secrétaire d'État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, a annoncé qu'elle diligente une inspection du site de production Spontex de Beauvais. L'activité ne pourra reprendre qu'après cette inspection et l'analyse d'un rapport remis par l'entreprise sur les conditions de production. La direction a elle-même proposé que cette reprise soit dans un premier temps partielle.

Une analyse globale du réseau de canalisations demandée

Le ministère de la transition écologique veut également s'assurer d'une transparence à moyen terme. Le 19 septembre, les dirigeants de Spontex devront à nouveau rendre des comptes devant les collectivités locales et les associations de protection de l'environnement dans le cadre d'un CODERST (comité départemental sur l'environnement et les risques techniques et sanitaires).
La reprise totale de la production pourra alors être ou non envisagée. "L'entreprise a donné toutes les garanties nécessaires de son investissement dans l'analyse et le financement des mesures complémentaires à prendre en fonction de ce que dira l'analyse globale", a déclaré la secrétaire d'Etat.

A 10h ce vendredi 6 septembre, les dirigeants de l’usine Spontex de Beauvais se sont expliqués devant Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, concernant la pollution d’un cours d’eau attenant à l'établissement beauvaisien. À leurs côtés, les agents de la direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (DREAL) et des représentants de la préfecture de l’Oise étaient également convoqués.
 

La secrétaire d’état, alertée par la répétition des incidents, a demandé une entière transparence au PDG et au directeur du site oisien. De son côté, la direction a fait amende honorable et a reconnu des défauts dans les installations, notamment au niveau des canalisations. Cette dernière aurait déjà engagé 1 million d'euros de travaux ces derniers jours pour permettre une reprise partielle de l'activité. Elle s'engage par ailleurs à améliorer la maintenance préventive de ses installations et la formation de ses agents pour "que cela ne se repoduise pas".
 

Retour sur les faits 


À plusieurs reprises cet été, le ru Saint-Nicolas attenant à l’usine de production d’éponges ménagères s’est teinté d’une couleur blanchâtre. Au total, trois épisodes de pollution ont été constatés les 3, 6 et 27 août dernier. Selon la préfecture de l’Oise, des problèmes techniques et des travaux de maintenance menés sur le site beauvaisien auraient entrainé l’écoulement accidentel d’eau sodée, un mélange d’eau et de soude diluée.  
 
Le ru Saint-Nicolas, situé près de l'usine Spontex, s'est teinté d'une couleur blanchâtre suite au déversement accidentel d'eau sodée. / © Haron Tanzit / FTV
Le ru Saint-Nicolas, situé près de l'usine Spontex, s'est teinté d'une couleur blanchâtre suite au déversement accidentel d'eau sodée. / © Haron Tanzit / FTV
 

L’usine tourne toujours au ralenti


Pour l’instant, aucune des 248 personnes employées par l’usine Spontex n’est au chômage technique. Les unités de conditionnement fonctionnent comme d’habitude. En revanche, les unités de production d’éponges concernées par l’incident sont encore à l’arrêt. Les salariés concernés ont été affectés à des tâches de nettoyage et de conditionnement. 

Cependant, une source proche de l'entreprise parle d'un chômage technique qui pourrait être mis en place dès la semaine prochaine. L’activité totale ne pourra reprendre que lorsque des mesures correctives auront été réalisées et validées par les autorités administratives compétentes.

Les services de l’Etat ont inspecté le site ce mardi 3 septembre mais les résultats de ces vérifications n’ont pas encore été communiqués.  Lundi 9 septembre, une nouvelle équipe de la DREAL devrait inspecter le site. 

 

Sur le même sujet

A Creil, la nature au centre de l’école à l’espace enfance Danielle Mitterrand

Les + Lus