Un cagnotte pour sauver le centre équestre de Verberie

Le Centre équestre du Marais, à Verberie, doit être remis aux normes. Des travaux onéreux qui compromettent l'avenir du club. Une cagnotte en ligne a été lancée. 

35 chevaux et poneys vivent au centre équestre du Marais.
35 chevaux et poneys vivent au centre équestre du Marais. © Centre équestre du Marais / Facebook
15 000 euros : c'est la somme nécessaire pour remettre aux normes le centre équestre familial de Verberie dans l'Oise. Ces normes sont établies par le règlement sanitaire départemental, un ensemble de prescriptions obligatoires en matière d'hygiène et de salubrité. 

Ce texte établit notamment les règles de la gestion du fumier de cheval. Auparavant, c'était un agriculteur qui récupérait le fumier du centre. "Mais il a arrêté du jour au lendemain", déplore Jean-Louis Delecluse, propriétaire du centre. "Alors je loue une benne pour évacuer le fumier,  maisça coûte entre 900 et 1 000 euros par mois."
 

Une dalle pour le fumier


Une dépense imprévue qui met en difficulté la petit structure. L'autre solution pour rentrer dans ces normes serait de construire une dalle de stockage. "Le maire me le demande, mais je n'ai pas d'aide publique. Il faut que je trouve les fonds moi-même." Le coût des travaux oscille entre 13 000 et 15 000 euros. Une somme dont Jean-Louis ne dispose pas. "Et je suis comme tout le monde, j'ai d'autres prêts en cours, comme celui de ma maison." Impossible alors de contracter un nouvel emprunt sans se ruiner.

Des adhérents et amis ont alors décidé de lancer une cagnotte pour aider Jean-Louis à réaliser les travaux, pour que les 35 chevaux et poneys qui sont en pension dans le centre puissent y rester. En moins d'un mois, 6 000 euros ont déjà été récoltés. "Je suis étonné, je ne m'attendais pas à ce qu'autant de gens me donnent un coup de main !"

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cheval animaux économie société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter