Cantinière sur TikTok, Camille partage les coulisses de son métier avec l'idée de "changer l'image de la cuisine collective"

Camille Clément travaille dans une cantine où viennent manger des salariés d'Estrées-Saint-Denis, dans l'Oise. Elle a décidé de montrer son quotidien sur les réseaux sociaux, principalement sur TikTok, dans le but de changer l'image péjorative que renvoient les cantiniers.

Un téléphone, et c'est parti. À 33 ans, Camille Clément s'est prise au jeu des réseaux sociaux. "Il n'y a rien de compliqué. Ensuite, je peux déplacer le téléphone. C'en est réduit à un simple ustensile que je déplace d'un point A à un point B. Tant que c'est désinfecté, c'est l'essentiel", confie-t-elle.

Après cinq ans passés dans la restauration traditionnelle, la jeune femme a aujourd'hui opté pour la cuisine collective. Ce qu'elle veut, c'est partager l'amour de son métier de cantinière. Elle l'affirme, le terme de cantinière n'est pas du tout péjoratif pour elle. "On exerce dans une cantine, donc c'est normal. Mais je trouve que l'image qui va avec, c'est toujours souvent un petit peu péjoratif."

@alakaaam accras de brocolis avec les pieds ! oui oui 😭 #recipe #pourtoi #pourtoii #cantiniertiktok #cantiniere #cantine ♬ son original - Alakaaaam

Son objectif : casser ce stéréotype et prouver que le métier de cantinier n'est pas qu'un métier d'exécutant. "On prend des initiatives et on respecte notre travail et nos clients." Alors, Camille joue la carte de la spontanéité. Elle montre ses recettes, les produits frais qu'elle travaille. Mais aussi les moments où elle s'amuse avec son collègue.

La recette d'un succès inattendu

La cuisinière n'a jamais espéré autant de succès. Initialement présente sur LinkedIn, elle est arrivée tardivement sur TikTok et Instagram. Pour ses publications, Camille Clément s'inspire beaucoup de ses confrères. "Ce qui m'a donné l'idée, ce sont mes collègues, qui subliment notre métier tous les jours et qui se montrent sur les réseaux sociaux. Ils changent vraiment l'image de la cuisine collective. Ça m'a donné envie de faire partie de l'aventure, révèle-t-elle. Et on voit que c'est des gens qui sont passionnés par ce qu'ils font, et ça, je pense que c'est ce qu'il y a de plus important. C'est comme ça qu'on transmet l'envie."

Elle affiche comment elle travaille tous les jours, le plus naturellement possible. "L'idée n'est pas de se faire passer pour quelqu'un d'autre. Et vu qu'on aime bien délirer ici, on ne travaille qu'à deux, donc il faut qu'il y ait une bonne ambiance. (...) On fait un métier qui est assez éprouvant, donc c'est important de se lâcher de temps en temps."

Une bonne humeur communicative

Les clients qui mangent ici sont ravis. Ils apprécient de voir les coulisses, comment les cuisiniers préparent ce qu'on leur sert le midi. "Je regarde les vidéos de Camille à chaque fois. C'est plaisant, c'est agréable et puis, comme on la connaît, c'est sympa", confie un des clients. "Que ce soit dans ses vidéos ou ici, c'est la même personne. Elle a la bonne humeur et le sourire", ajoute une autre cliente.

Petit à petit, le nombre d'abonnés grimpe : près de 2 700 actuellement. Mais certaines vidéos dépassent les 20 000 vues. "Je suis souvent des vidéos de nourriture et de cantine. Il y a plusieurs comptes qui présentent comment ils font les recettes dans les cantines des collèges aussi. C'est assez viral maintenant", constate une cliente. On compte jusqu'à 700 000 abonnés pour l'un des cantiniers les plus célèbres.

Même si Camille veut partager sa passion au plus grand nombre, sa priorité reste la cuisine. "C'est mon métier d'abord, et la création de contenu après."

Avec Emilie Boulenger / FTV

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Hauts-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité