A Compiègne, policiers et écoliers déjeunent ensemble à la cantine

© Police municipale de Compiègne
© Police municipale de Compiègne

Depuis le mois d'octobre, deux agents municipaux de Compiègne déjeunent à tour de rôle à la cantine Hélène Brault, dans le quartier Victoire. L'objectif de cette initiative est de casser l'image négative des hommes en uniforme et de créer du lien avec les enfants.

Par Camille Di Crescenzo

"Mon enfant a peur des policiers ! ". Les paroles de cette maman dans une école du quartier Victoire à Compiègne ont été entendues. 
La municipalité a décidé de changer l'image négative de sa police qui circule, notamment, dans le quartier Victoire. Ainsi, depuis le mois d'octobre, deux policiers municipaux déjeunent à tour de rôle à la cantine Hélène-Brault avec les écoliers. Leur mission n'étant pas d'assurer leur sécurité mais de créer du lien.

Chaque jour, depuis 2011, près de 300 élèves issus des écoles élémentaires Robida et Hammel prennent leur repas dans ce restaurant scolaire, situé près de leur établissement.
Ils habitent dans la cité et ont l'habitude de voir les policiers au pied de leurs immeubles mais jusqu'ici aucun d'eux n'était rentré en contact avec l'autre.

Depuis octobre, le dialogue s'est établi à la cantine et les enfants très curieux ont beaucoup de questions à poser. "Ils nous reconnaissent, nous disent qu'ils nous ont vu en intervention dans le quartier. Ils nous posent des questions sur nos armes" rapporte David Fromentin, chef de la police municipale qui s'est lui-même rendu sur place la semaine dernière.
"Dès qu'on arrive, les enfants se battent pour manger à côté du policier" s'amuse le chef de service qui ajoute "C'est positif. D'ici 3 ou 4 ans, un enfant se rappellera qu'il a mangé à côté du policier. Il aura une autre image de nous. D'ailleurs beaucoup d'entre eux nous demandent comment on devient policier".

Le dispositif a été mis en place jusqu'à la mi-décembre à titre expérimental.
Les premiers retours étant très positifs, il pourrait se développer à toutes les cantines de Compiègne en 2019.

Sur le même sujet

Dimanche en politique - 30 ans après l'affaire du voile à Creil, reste-t-il des traces ?

Les + Lus