Deux policiers blessés à Compiègne après avoir subi des jets de grenades et de mortiers dans le quartier du Clos des Roses

Publié le Mis à jour le
Écrit par Eline Erzilbengoa avec Florie Castaingts
Police nationale - Illustration
Police nationale - Illustration © Frederik Giltay / FTV

Deux agents de police ont été blessés après avoir été pris à partie par une quinzaine d'individus dans le quartier du Clos des Roses à Compiègne jeudi 16 décembre. L'un d'eux a été brûlé au second degré à la cuisse après avoir reçu une grenade.

Les violences sont survenues alors que trois policiers effectuaient une patrouille dans le quartier du Clos des Roses à Compiègne jeudi 16 décembre dans la soirée. 

Entre 22 et 23h, les agents de police se dirigeaient en voiture vers le square Baudelaire quand ils ont été surpris par une quinzaine d'individus. "Ils ont commencé à frapper la voiture à coups de barre de fer pour casser les vitres et aussi la remuer", détaille Yves Marigno, délégué départemental de l'unité SGP Police.

En riposte, les policiers ont procédé à des tirs de LBD et d'une grenade lacrymogène afin de se dégager du véhicule. "Mais ils sont toujours dans la voiture, quand la grenade est récupérée par un homme et relancée à l'intérieur", ajoute le délégué syndical. L'un des policiers est brûlé au second degré à la cuisse. 

"La voiture s'encastre ensuite dans un plot. Ils essayent de s’extraire et de limiter les conséquences, ils sont à 3 contre 15", poursuit-il. Les auteurs de violences sortent alors les mortiers obligeant les policiers à s'enfuir. 

Les renforts arriveront à 1h40 du matin. Deux individus sont interpellés. Le policier brûlé se verra attribuer 6 jours d'ITT (incapacité totale de travail) et sa collègue blessée à la cheville, 1 mois d'ITT. 

"C’est un guet- apens, un comportement prédateur"

Pour Yves Marigno, cet incident est consécutif à la pression policière exercée depuis plusieurs semaines pour lutter contre le trafic de drogue. "C’est un guet- apens, un comportement prédateur, les mortiers sont déjà tout prêt et n’attendent que de servir, indique-t-il. Le pire c’est qu’ils sont bêtes, car en plus de vouloir blesser volontairement des policiers, ils se filment. La vidéo tourne d'ailleurs sur les réseaux sociaux."

Seul moyen d'endiguer le problème selon le délégué départemental de l'unité SGP Police : il faut davantage d'effectifs . Une nouvelle fois, il interpelle le ministre de l'Intérieur pour que des renforts soient déployés sur ce secteur.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.