Coronavirus : non, la personne âgée morte du coronavirus dans l'Oise n'était pas résidente d'un Ehpad à Crépy-en-Valois

Publié le Mis à jour le
Écrit par Jennifer Alberts, Valentin Pasquier et Eline Erzilbengoa
La deuxième victime du coronavirus dans l'Oise était vice-présidente d'honneur de la MJC de Crépy-en-Valois.
La deuxième victime du coronavirus dans l'Oise était vice-présidente d'honneur de la MJC de Crépy-en-Valois. © Google street view

Après le décès du professeur de Crépy-en-Valois, une dame de 89 ans a été testée positive post-mortem à l'hôpital de Compiègne. Selon une rumeur persistante, elle était résidente d'un Ehpad de Crépy-en-Valois. Ce qui n'est en fait pas le cas. Explications.

Selon plusieurs sources, la deuxième victime du coronavirus dans l'Oise n'était pas résidente d'un ehpad de Crépy-en-Valois, contrairement à l'information qui circule largement. Cette personne, âgée de 89 ans, vivait à son domicile d'un quartier du sud-est de la ville. Un quartier composé de plusieurs immeubles n'excédant pas quatre étages.

Elle a été hospitalisée aux urgences de Compiègne pour une raison médicale autre que le coronavirus. Elle a été testée positive post-mortem à l'hôpital de Compiègne. Son éventuel passage par à l'hôpital de Crépy-en-Valois est en cours de vérification.


La vieille dame était très engagée dans la vie locale : vice-présidente d'honneur de la Maison des jeunes et de la culture de la commune, elle aurait été conseillère municipale.

Hausse des infections respiratoires aiguës à l'hôpital de Crépy-en-Valois


Par ailleurs, l'Agence régionale de santé confirme 3 cas à l'unité de soins longue durée de l'hôpital de Crépy-en-Valois. Un cas a également été identifié dans l'une des maisons de retraite appartenant à l'établissement hospitalier. La direction de l'hôpital a également constaté une hausse anormale des cas d'infections respiratoires aiguës dans tous les sites qu'elle gère.

  • à la résidence Etienne Marie de la Hante : 10 cas;
  • à la maison de retraite des Primevères : 8 cas;
  • sur le site de Saint-Lazare : 18 cas. 

Ces 36 personnes ont passés un test dont les résultats ne sont pas encore connus.

La direction a décidé de suspendre les entrées et les admissions dans l'ensemble des services. L'ensemble des résidents et des patients sont confinés dans leur chambre. Les repas sont servis en chambre et toutes les animations dans les maisons de retraite ont été annulées.

64 cas recensés


Lundi 2 mars, Jérôme Salomon, numéro 2 du ministère de la Santé, a annoncé un deuxième décès du au coronavirus dans l'Oise et l'identification totale de 64 cas dans le département de l'Oise. 

Le bilan s'élève désormais à 64 cas de personnes atteintes du coronavirus dans le département de l'Oise ce lundi 2 mars d'après le ministère de la Santé.

Après le décès d'un professeur de Crépy-en-Valois, le ministère confirme également la présence du virus chez une patiente de 89 ans. Celle-ci a été testée en post-mortem à l'hôpital de Compiègne. 

Le préfet de l'Oise confiné

Lundi 2 mars en début d'après-midi, le préfet de l'Oise Louis Le Franc ainsi que le sous-préfet de Senlis Jean-Charles Geray, le directeur de l'ARS Etienne Champion et son directeur de cabinet ont été confinés par mesure de précaution. Ils ne présentent aucun symptôme, mais ils ont été en contact direct avec Bruno Fortier, le maire de Crépy-en-Valois. Ils l'ont rencontré jeudi avant le confinement du l'élu. Bruno Fortier est positif au coronavirus et ne peut pas, en conséquence, sortir de chez lui.
 


107 établissements scolaires fermés

Avec 64 personnes infectées par le coronavirus ce lundi 2 mars, l'Oise est considérée comme l'un des principaux foyers de l'épidémie du coronavirus. Afin de freiner sa propagation, les établissements scolaires de neuf communes du département sont fermés depuis ce lundi 2 mars.

Sont concernées les communes de Creil, Nogent-sur-Oise, Villers-Saint-Paul, Montataire, Crépy-en-Valois, Vaumoise, Lamorlaye, Lagny-le-Sec et La Croix-Saint-Ouen, toutes situées dans le sud-est de l'Oise.
  
Ces communes abritent 9 lycées, 11 collèges et 87 écoles, soit plus de 26 000 élèves et plus de 2 100 employés. Les élèves et le personnel de tous ces établissements scolaires vont être dépistés et des dispositifs de cours à distance vont être développés pour retarder le moins possible les programmes scolaires. À Creil, la mairie a décidé de fermer les crèches, écoles de sport et de danse, salles de concert et théâtres.

La liste de ces communes est vouée à évoluer en fonction de la situation épidémique, réévaluée chaque jour. Une consultation sera mise en place dans chaque établissement et sera assurée par les personnels de la réserve sanitaire. Elle a déjà débuté dans le collège Jean-de-La-Fontaine à Crépy et au lycée Jean Monnet où des cas de coronavirus ont été détectés.
L'ARS tient à rassurer les parents : "les études internationales nous permettent de dire que cette épidémie touche très peu les enfants, environ 2 %," signale Étienne Champion.
 

Déplacements limités et rassemblements interdits

Dans le même souci d'endiguer la contagion, l'Agence régional de santé (ARS) recommande aux habitants de "limiter leurs déplacements" à l'intérieur de ces territoires communaux et d'avoir recours, dans la mesure du possible, au télétravail. "Cela veut dire qu'ils peuvent se déplacer pour se nourrir, pour faire leurs courses et qu'ils ne doivent pas se rendre à des rassemblements et renoncer aux déplacements inutiles," préconise Étienne Champion, directeur de l'ARS des Hauts-de-France.
 
Tout rassemblement collectif est interdit dans ces communes, par arrêté préfectoral. "Jusqu'à nouvel ordre," aucune messe, mariage, marché ou tout autre rassemblement sur place publique n'aura lieu dans le périmètre cité. Une mesure à laquelle se plie le diocèse de Beauvais dès dimanche 1er mars, ainsi que les 41 paroisses du département.
 
Jean-Claude Villemain, maire socialiste de Creil, estime que ces mesures vont "dans le bon sens". Mais il regrette "une certaine impréparation de la part du gouvernement". Il explique que certains jeunes Creillois sont scolarisés à Chantilly et qu'ils n'ont pas interdiction d'aller en classe. Jean-Claude Villemain a donc décidé de fermer les crèches, les centres de loisirs ainsi que toutes les écoles de sport de Creil. L'IUT de Creil sera fermé à partir du 2 mars.

"Par précaution et cohérence, j’ai décidé que les activités périscolaires, les centres de loisirs, les crèches, les activités associatives recevant des enfants, les écoles de sport et artistiques soient également suspendues jusqu’à nouvel ordre." a-t-il posté sur la page Facebook de la Ville.

Concernant les maisons de retraite, les déplacements des résidents seront limités. Les employés du Centre communal d'action sociale iront par exemple faire les courses des personnes âgées qui en auront besoin. Jean-Claude Villemain rappelle qu'il n'y a pas de confinement, celui-ci étant mis en place au stade n°3 d'une épidémie. La France en est actuellement au stade n°2. 
 

Trois militaires de la BA 110 de Creil contaminés

Le colonel Bruno Cunot, commandant de la base aérienne de Creil, confirme que certains de ses hommes ont participé au rapatriement des 180 premiers Français de Wuhan (Chine) mais que cela n'a aucun lien la situation actuelle à la BA 110. "Ces personnes rapatriées le 31 janvier testées deux fois lors de leur quarantaine et tous les tests se sont révélés négatifs, assure-t-il. Par ailleurs les personnels qui ont participé à cette mission [ils étaient 16, NDLR] n’ont à ce jour développé aucun symptôme"

L’ARS et le service de santé des armées cherchent toujours comment le virus a pu entrer dans la base. Vendredi 28 février, trois militaires, des aviateurs, ont été testés positifs au Coronavirus. Ils ont été transférés à l'hôpital militaire Bégin à Paris.

Le directeur de l'ARS ajoute que la plateforme d’information 0800 130 00 est ouverte 24h/24 et 7j/7. Il précise que le numéro 15 doit être réservé aux personnes malades et ne doit pas être utilisé pour des renseignements. 
 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.