Coronavirus : dans l'Oise, le leader français du carton d'emballage offre 100 000 maquettes aux enfants confinés

DS Smith, n°1 français du carton d’emballage, va produire 100 000 maquettes d’avion et d’hélicoptère dans son usine de Saint-Just-en-Chaussée dans l'Oise. Elles seront distribuées dans toute la France pour amuser les enfants pendant le confinement.

Une initiative solidaire pour les enfants... et leurs parents.
Une initiative solidaire pour les enfants... et leurs parents.
La production a commencé vendredi 10 avril. A la fin du week-end, 50 000 avions et 50 000 hélicoptères en carton à construire sortiront de l'usine DS Smith de Saint-Just-en-Chaussée, le leader français de l'emballage.
 

Dès le 17 avril, dans différents hypermarchés de l'enseigne Carrefour, ces jouets de modélisme seront distribués gratuitement, pour occuper les enfants en cette période de confinement. 
Une initiative à faire tourner.
Une initiative à faire tourner.

Signalées par une affiche en caisse, les maquettes seront à récupérer à l’accueil du magasin (dans la limite des stocks disponibles, bien entendu). Pour jouer les apprentis modélistes pendant leurs vacances confinées, les enfants devront ensuite se rendre sur internet (via un QR Code sur la maquette) et télécharger la marche à suivre.
 

Pour faire durer le plaisir, DS Smith a même lancé un concours. Les familles peuvent prendre en photo leurs plus belles créations, les poster sur les réseaux sociaux (Instagram et Facebook). L’avion ou l’hélicoptère qui obtiendra le plus de "like" sera récompensé par une nouvelle maquette à monter… "De quoi s’occuper jusqu’à la fin du confinement", explique Armand Chaigne, directeur marketing en charge du projet.
 

L'envie d'aider


Face à l'épidémie de coronavirus et au confinement, l’entreprise voulait faire un geste. Spécialiste du packaging pour les secteurs de l’agro-alimentaire, la pharmacie et le e-commerce, la société tourne à plein régime. De 10 à 30% d’augmentation de la production depuis le début de l’épidémie COVID-19. Pour autant, l’entreprise voulait à tout prix soutenir la solidarité nationale d’une autre manière.

"On travaille pour les opérateurs pharmaceutiques qui fabriquent des appareils respiratoires ou des poches de sang, avance Armand Chaigne. On travaille aussi avec l’agro-alimentaire, sur la livraison du lait... donc on a déjà le sentiment d’être au service de la nation. Mais avec ces maquettes c’est une participation en plus."
 

Si au départ, début avril, l’entreprise envisage l’élaboration de meubles pour les hôpitaux, leur réalisation s’avère trop complexe et très vite, l’idée d’un projet pour les enfants arrive sur la table.

"On a pensé aux personnes qui sont confinées depuis un mois maintenant et notamment les enfants, raconte Armand Chaigne. Bientôt les vacances, ils ne vont plus avoir les cours pour les occuper. Moi, à titre personnel, j’ai trois enfants, ils en ont déjà ras-le-bol alors les vacances confinées, c’est quand même pas le top."
 

Un projet qui cartonne


Coup de chance : DS Smith a déjà réalisé des jouets pour ses employés, elle n’a qu’à piocher dans ses cartons. 

Le projet d’avions et d’hélicoptères à construire est proposé à l’ensemble des sites de production de l’enseigne et séduit immédiatement Vincent Magnier, directeur du site de Saint-Just-en-Chaussée : "Ce projet est motivant ! On le soutient.
 
Tout le monde a mis la main à la pâte. Commerciaux, designers et responsables marketing, en télétravail depuis le début du confinement, sont venus prêter main forte à la production. Au total, une quinzaine de "cols blancs" ont revêtu masques et protections pour emballer les milliers de jouets sortis d’usine. 
 
Noël à Pâques.
Noël à Pâques.

Une découverte pour la plupart des volontaires. "On avait une population qui n'était pas habituée à faire ce genre d’exercice : des commerciaux, des designers… Pour autant, ils se sont donnés à fond et ils en étaient fiers. Certains ont même décalé leurs vacances pour être présents à la fin du conditionnement, mardi", souligne Paul Leuillier, en charge du design et de la méthode du projet. "C’est un très beau projet, je suis fier d’y avoir contribué", ajoute-t-il. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 société entreprises économie loisirs sorties et loisirs éducation